Foot au féminin La France écrase la Pologne à Angers


En match amical, l’équipe de France de foot féminin s’est facilement imposée face aux Polonaises sur un score fleuve de 5-0, le 19 novembre. Les Françaises finissent en beauté l’année 2010 et sont presque invaincues depuis dix-sept matchs. De bons augures pour la prochaine coupe du monde 2011 en Allemagne.

« Continuer à prendre du plaisir » annonçait Bruno Bini, le sélectionneur national, avant le match. En l’emportant 5-0, c’est une équipe tout sourire et soudée comme jamais qui finit l’année sur les chapeaux de roue. Une équipe devenue l’équipe à battre depuis maintenant dix-sept matchs et qui va pouvoir passer les festivités hivernales au chaud et tranquille. Dans la ligne de mire, la coupe du monde au mois de juin en Allemagne (26 juin – 17 juillet). Les Françaises ne seront pas favorites, elles sont des outsiders sérieuses derrière les États-Unis, la Norvège, la Corée du Sud et bien sûr l’Allemagne. Mais à force de gagner pratiquement tous ses matchs (14 victoires sur 17 matchs) depuis août 2008, elles vont finir par inquiéter les grosses écuries. Et vendredi soir au stade Jean-Bouin à Angers, les 4300 spectateurs présents ont pu constater que les Françaises ont joué bien plus qu’un match amical. C’est une véritable tempête bleue qui a renversé de bien faibles Polonaises, littéralement dépassées dans tous les domaines.

Kopa au coup d’envoi


Ancien joueur du SCO d’Angers et fils d’immigré polonais, Raymond Kopa (joueur de l’équipe de France des années 1950), ici presque chez lui, pouvait donner le coup d’envoi. À peine le temps de s’asseoir et déjà un but pour les Bleues. Le Sommer profite du bon travail de Nécib pour tromper Antoncsyk. 1er minute, 1-0. Puis 2-0 à la 7e, encore une fois Nécib fait mouche d’une frappe de 25 m légèrement côté droit. L’une des meilleures techniciennes de la ligue 1 est intenable en ce début de match. On la compare à Zidane, on lui prévoit une grande carrière mais elle, elle réfute cette idée. La Marseillaise préfère penser au « présent », au « collectif ». En ce début de match, les Françaises sont omniprésentes. Mise à part la percée plein axe de Kasperska (31e) et son tir qui frôle le poteau, rares sont les occasions polonaises. Les Françaises vont inscrire un 3e but par Nécib (40e), après un « une-deux-trois » sublime avec Abily et Thiney.

En deuxième mi-temps, les changements ont apporté de la vitesse devant. Lepailleur entrée en jeu à la 52e, va réaliser un doublé, d’abord de la tête (70e) après un coup franc, puis du pied gauche (73e). Ses deux premiers buts en sélection d’ailleurs, et c’est plutôt surprenant pour une défenseuse ! Les Polonaises incapables d’enchaîner trois passes de suite, les Françaises font tourner et de jeunes joueuses participent à cette large victoire. Une dernière frappe de Thomis (89e) est détournée par Antonczyk. 5-0, on s’arrêtera là. « C’est une belle soirée, le groupe mûrit » se réjouit Bruno Bini.

Une génération talentueuse

Un jeu fluide et appliqué, de la disponibilité et de la générosité, les Françaises ont sans aucun doute séduit le public angevin. Un monde les sépare des Polonaises qui ont accusé trop de carences pour pouvoir les mettre à mal.

On ne sait pas encore ce que vaut cette équipe française face à l’Allemagne ou aux États-Unis. Pour cela il faudra attendre : les filles ont un tournoi à Chypre au mois de mars et, en tout, sept matchs de préparation avant la coupe du monde. On ne sait pas non plus le niveau qu’elles sont susceptibles d’atteindre, mais elles semblent armées pour créer la surprise.

Étonnant que les médias n’aient pas parlé des Bleues le week-end dernier !

Augustin FLEPP  ÉGALITÉ