Publications jeunesse : une égalité à bâtir Les stéréotypes tiennent bon

La chose ne vous aura pas échappé, nous avons changé de décennie. À cette occasion, quels souhaits pourrions-nous formuler ? À Égalité, nous avons décidé de poursuivre l’une de nos missions : lutter contre les stéréotypes. Nous avons choisi de prendre pour point de départ les publications pour la jeunesse, espérant quelques débouchés optimistes pour commencer 2011.

La littérature, en particulier la littérature jeunesse, a une délicate et importante ambition socialisatrice. Elle constitue un moyen potentiellement efficace de questionner et faire évoluer les comportements vers plus d’égalité entre les filles et les garçons, entre les femmes et les hommes. Encore faut-il qu’elle ne soit pas porteuse d’un ordre social sexué d’un autre siècle.

Alors que Simone de Beauvoir le dénonçait déjà dans Le Deuxième sexe, les livres peuvent perpétuer un dispositif de conditionnement des filles et des garçons, les enfermant dans des rôles sexuellement déterminés aux unes et aux autres. Sylvie Cromer, sociologue, revient aujourd’hui sur cette « chasse aux stéréotypes » souhaitable, commencée dans les années 70 et non encore aboutie.

On a coutume de dire que les stéréotypes ont la vie dure, le dossier que nous vous proposons en atteste. Certaines représentations sont encore bien ancrées : aux garçons, la conquête du monde et aux filles, les rôles secondaires. Et si l’on questionne ces jeunes lecteurs et lectrices, leurs réponses sont parfois édifiantes : un-e ours-e en tablier est une maman ourse ; un-e ours-e confortablement assis dans un fauteuil est indubitablement un papa ours ! Que penser des exercice de maths où M. Duchemin achète une perceuse et Mme Duchemin envoie sa fille acheter une baguette ou des manuels d’histoire dans lesquels les femmes sont toujours absentes !

Que dire des magazines pour adolescentes qui enjoignent aux fillettes d’être belles, minces et sexy ! Quel avenir radieux ! Comme elle semble loin Dora l’exploratrice, passé 7 ans…

Mais pour rester dans une démarche positive, Égalité souhaite en cette année 2011 que les papas ours entreprennent de faire la cuisine, en tablier et aux mamans ourses de s’installer dans le fauteuil, ouvrant ainsi d’autres horizons à leurs oursons! En ces temps de bonnes résolutions, Égalité vous suggère quelques titres d’ouvrages plus égalitaires et maisons d’éditions qui ont fait le choix d’une autre littérature !

Bonne lecture à tous et toutes et bonne année 2011 !

ÉGALITÉ

Image d’illustration du dossier :
Détail de la couverture du livre Je veux un zizi, de Lætitia Lesaffre/Talents hauts