Monde Les militant-e-s des droits des femmes en Iran solidaires des tunisiennes

A l’occasion de la manifestation d’organisations indépendantes de défense des droits des femmes en Tunisie du 29 janvier, 155 militant-e-s des droits des femmes iranien-ne-s ont tenu à exprimer leur soutien aux femmes tunisiennes :

« Le monde a été surpris par la volonté du peuple tunisien, qui n’a pas hésité à revendiquer ses droits et a pris des mesures importantes pour assurer son droit à l’autodétermination. Comme le reste du monde, les militant-e-s des droits des femmes observent de près l’évolution en Tunisie, en particulier les femmes qui se lancent dans un processus de construction démocratique passionnant mais difficile, afin de garantir les droits de l’humain et les lois de leur pays.

Nous sommes particulièrement intéressé-e-s et concerné-e-s par l’impact de ces évolutions en droits des femmes et l’égalité femmes-hommes.

Nous reconnaissons que les militant-e-s des droits des femmes en Tunisie n’ont pas oublié leurs luttes et leurs acquis majeurs pour les droits des femmes. Les militant-e-s des droits des femmes en Tunisie doivent savoir que ce qu’ils parviennent à accomplir dans leur quête pour la démocratie et l’égalité femmes-hommes aura un impact important sur la région et peut servir de modèle pour nous tous, puisque chaque acquis des femmes tunisiennes, est un acquis pour toutes les nations dans la région et pour toutes les femmes dans les pays dits musulmans.

Aujourd’hui, comme le peuple de Tunisie nous avons beaucoup d’espoir. Nous espérons que les acteurs clés ne feront pas de compromis sur les droits des femmes et que les femmes sont pleinement impliquées dans le processus de définition de l’avenir d’un Tunisie démocratique. Nous espérons que les citoyens tunisiens préserveront non seulement leurs acquis dans le domaine des droits des femmes, mais prendront des mesures afin d’assurer l’égalité femmes-hommes dans les lois, et leur participation non discriminatoire à la vie civique et politique. Nous espérons que les victoires du peuple tunisien inspireront toutes les nations et tous les peuples de notre région à prendre des initiatives concrètes pour assurer la gouvernance du peuple par le peuple, la protection des droits des femmes et l’égalité de tous les citoyens. »

Voir la liste des signataires

———————————————————————————————————-

Parmi les signataires de cette déclaration, des militant-e-s à l’initiative de la campagne « One million signatures » (Un million de signatures pour changer les lois discriminatoires envers les femmes en Iran). Cette campagne a été officiellement lancée le 27 août 2006 et vise à collecter un million de signatures pour changer la législation iranienne et mettre fin aux discriminations législatives à l’encontre des femmes en Iran. Elle fait suite à la protestation pacifique qui s’est tenue pour les mêmes raisons le 12 juin 2006 sur la place Haft-e Tir de Téhéran. La campagne est le fruit du combat de différents mouvements féministes iraniens, notamment ceux de l’après révolution de 1979. Plusieurs membres de la campagne ont été emprisonnés ou obligé-e-s de quitter l’Iran. Le mouvement a été encouragé par de nombreux prix internationaux, dont le Prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes en 2009. L’objectif de la campagne Un million de signatures est surtout d’informer les femmes et les hommes de différentes couches de la société, dans toutes les grandes villes mais aussi dans les villages les plus éloignés.

De nombreuses lois iraniennes discriminent les femmes, celles qui concernent le mariage, le divorce, la garde des enfants, la polygamie, l’âge de la responsabilité juridique (9 ans pour les filles, 15 ans pour les garçons), la transmission de la nationalité iranienne aux enfants, le dédommagement en tant que victime d’un accident, l’héritage, le témoignage. Ajoutons le voile obligatoire depuis 30 ans.

Les revendications de la campagne correspondent aux engagements internationaux de l’Iran qui est signataire de la convention des Nations unies sur les droits civils et politiques.

Soudeh Rad – collaboratrice ÉGALITÉ

———

image_pdfimage_print