Brèves Les gynécologues se mobilisent contre les mutilations génitales

A l’occasion de la Journée mondiale pour l’élimination des mutilations sexuelles féminines le 6 février 2011, l’association Gynécologie sans frontières (GSF) et le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) réaffirment leur solidarité avec les femmes victimes de mutilations du fait de la tradition et se mobilisent afin de les soulager et de prévenir la poursuite de ces pratiques chez leurs filles.

GSF vient de publier un document destiné aux professionnels de santé, téléchargeable en pdf.

Depuis 2006, l’association agit pour la formation, l’information, la sensibilisation de tous les professionnels de santé, de l’action sociale, de l’Education nationale, de la justice et de la police pouvant être en contact avec des femmes victimes de mutilations sexuelles féminines ou susceptibles de le devenir. Grâce à l’action des associations une douzaine de centres d’accueil et de prise en charge ont été ouverts ou sont en voie de création en France.

Plus de 130 millions de femmes sont excisées dans le monde, et chaque année 2 à 3 millions de fillettes et de jeunes femmes subissent une mutilation génitale. En France, on estime entre 45 000 et 60 000 le nombre de femmes et de fillettes mutilées ou menacées de l’être.

image_pdfimage_print