Brèves Des viols au travail jugés à la cour d’assises de Moselle

Depuis hier et jusqu’à demain la cour d’assises de la Moselle juge M. P. pour des viols commis par l’utilisation de la contrainte psychologique et économique sur Anne, une jeune animatrice de la maison de quartier dont il était le directeur.

« La manière dont la cour d’assises suivra ou rejettera l’analyse que l’absence d’opposition, de résistance ou de rébellion face à des manœuvres entreprenantes ne signifie pas nécessairement une adhésion librement consentie à des rapports sexuels sera déterminante pour d’autres procès de ce type », nous avait déclaré le 4 février Gwendoline Fizaine, chargée de mission à l’Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT).

Le 14 mars, l’appel à soutien en faveur d’Anne lancé par l’AVFT, qui s’est portée partie civile, avait récolté près de 6000 euros sur un budget prévisionnel de 9000.

Affaire à suivre…

image_pdfimage_print