Brèves La nouvelle Constitution hongroise remet en cause l’avortement

Le Parlement hongrois a adopté hier sa nouvelle Constitution, extrêmement conservatrice. Parmi les nouveaux principes : « La vie du fœtus doit être protégée à partir du moment de sa conception. »

Un principe, qui ouvre donc la voie à une remise en cause du droit à l’avortement, pourtant officiellement légal depuis 2000 jusqu’à 12 semaines (avec possibilité de prolongation en cas de viol ou sur indication médicale).
La Hongrie va donc prochainement rejoindre le petit groupe de pays européens – Chypre, Malte, Irlande, Pologne – refusant aux femmes l’un de leurs droits les plus fondamentaux. En adoptant cette modification de la Constitution, la Hongrie, actuellement à la présidence du Conseil de l’Union européenne, lance un signal très inquiétant à toutes les femmes européennes.