Chroniques Joyeux Ninjettiversaire !

Depuis que Ninjette va à l’école, elle organise sa fête d’anniversaire. Paritaire s’il vous plait : 3 garçons, 3 filles, depuis que ses parents traumatisés refusent d’inviter plus de monstres de maternelle.

La première fête, Ninjette avait 3 ans. Elle aimait escalader tout, jouer avec les garçons de grande section au chevalier – « parce tu comprends, ça au moins c’est rigolo ! » – et jouer aux Legos.

Le grand jour, les copains et les copines sont assez gentils pour apporter un cadeau chacun.

Qu’il y a-t-il dans les boîtes ?
Au fur et à mesure que Ninjette ouvre ses cadeaux, sa mère blêmit. Il y a deux Hello Kitty roses, trois Mon Petit Poney (un mauve, un violet, un rose) et une Barbie.

Que de la guimauve rose, quoi. Enfin, de la mauve aussi, soyons honnête.
Et une Barbie.
A 3 ans !

Et pourquoi ses frères n’ont jamais eu le cadeau-plein-de-préjugés en équivalent masculin, je ne sais pas moi, que des pistolets, avec quelques épées pour faire bonne mesure ?

Alors, il ne reste au père de Ninjette qu’à lui acheter une boîte à outils et aux frères qu’à baptiser créativement les poneys et la Barbie. Pour les poneys, « horreurs cosmiques », ça c’est vu que c’était de la contre-propagande. Ninjette n’a pas adopté.
Mais pour la Barbie, « blondesse », si.

Myriam Houssay-Holzschuch