Culture Sandrine Boutté, sculpteure qui renverse les corps

Sandrine Boutté façonne des corps à sa façon, des corps d’hommes et de femmes qui s’étirent, se tendent, se cambrent.

Mais il n’est pas simple d’être une sculpteure de corps.
Elle dit que souvent, lorsque des hommes demandent à voir ses sculptures, c’est surtout la femme, son corps de femme qui les intéresse.

Dans son Jardin d’Eden, Sandrine Boutté sculpte des hommes et des femmes, et les différences sont là marquées, visibles, les hommes ont des sexes bien apparents, les femmes des seins. Pourtant la plupart de ses visiteurs ne voient que des femmes. Car les hommes ont des positions lascives, érotisées. Sans doute pas suffisamment viriles pour les regards normés.

Et comme hommes et femmes se rejoignent et se différencient dans le plaisir, elle nomme Intase ses hommes alanguis et Extase ses femmes qui se cambrent sans complexes.

On lui reproche de ne faire que des œuvres sexuelles ou torturées. « Le corps fait peur », explique-t-elle.

Son Histoire de couples elle est allée la chercher dans son entourage, les gestuelles sont celles de vrais couples d’ami-e-s. Alignés les uns à côté des autres, ils sont émouvants, drôles, mimétiques.

« Histoire de couples » de Sandrine Boutté

Sandrine Boutté ne supporte pas qu’on la classe, que l’on la mette dans des cases et passe sa vie à renverser les rôles, les corps, son corps. Elle fait en effet partie de la compagnie théâtrale Les Passagers. Cette troupe, qui réunit plasticiens, danseurs, comédiens, acrobates et musiciens a l’originalité d’offrir des spectacles à la verticale. Accrochée par des harnais, face à un mur, Sandrine danse le pinceau à la main, la tête à l’envers ou tournée vers le ciel.

Cliquez sur la première image pour naviguer dans la galerie :

[nggallery id=12]

Prochaines expositions :

  • – « 140 ans de la Commune », du 5 au 16 mai 2011 de 14 h à 20 h
    Espace Louise-Michel – 42ter, rue des Cascades – 75020 Paris
  • – Portes ouvertes des ateliers d’artistes de Belleville, du 27 au 30 mai 2011 de 14 h à 21 h
    Au Mobilhome – 21 rue de la Mare – 75020 Paris
    Avec une installation « Forêt vierge, vierge de nature » du Collectif Sculpteurs-en-l’île
    Au Jardingue – 17 rue des Envierges – 75020 Paris

EGALITE

image_pdfimage_print