Société Arc-en-ciel de revendications à la Marche des fiertés 2011 à Paris

Ce samedi 25 juin, les rues de Paris se sont parées de drapeaux multicolores à l’occasion de la Marche des fiertés 2011. Associations, syndicats, partis politiques, près de 86 organisations étaient présentes à la manifestation. Des anonymes ont également rejoint le défilé.

Dans le cortège, l’ambiance était à la fois festive et militante, à l’instar du slogan de l’Inter-LGBT : « En 2011 je marche, en 2012 je vote ! » Reconnaissance des familles homosexuelles, ouverture au mariage et à l’adoption pour les couples de même sexe, loi permettant aux personnes transsexuelles de pouvoir changer leur état civil, les revendications avaient un air de déjà-vu, preuve que l’égalité entre homo et hétérosexuels est loin d’être acquise. Charles, employé dans une entreprise de communication commente : « Il n’y a rien de très nouveau. C’est comme si les choses n’avaient pas changé. »

Diaporama sonore de Louise Gamichon

Au milieu de la foule, on pouvait aussi trouver des panneaux militants à dimension internationale. Un char transportait des bonshommes en carton pendus. Sur leur poitrine, les drapeaux des pays où l’homosexualité est un crime passible de la peine de mort. D’autres pancartes manifestaient un soutien aux révolutions arabes, ou portaient des inscription antipape.

« C’est un peu la foire aux revendications », explique Jérémy, un jeune stagiaire qui participe aux gay prides parisiennes depuis l’âge de 15 ans, même s’il reste sceptique concernant cet événement : « C’est un peu comme la Journée du droit des femmes. On pense aux homos une fois par an. Je trouve que c’est un peu dommage. »

Des dizaines de milliers de personnes se sont réunies derrière l’étendard arc-en-ciel pour demander de nouveaux droits. Reste à savoir si les politiques auront entendu ces revendications et s’ils les mettront au cœur de leur programme électoral.

Louise Gamichon – EGALITE