Politique Terra nova propose aux hommes de s’impliquer dans l’égalité femmes/hommes

« Le combat féministe a permis l’acquisition de droits importants depuis 50 ans. Mais la réalité montre que l’on est encore loin de l’égalité hommes-femmes. Il fallait donc trouver un autre levier d’action. Or, là où cela pèche aujourd’hui, c’est du côté de l’implication des hommes », explique Elodie Servent, l’une des cinq rapporteur-e-s du rapport de Terra nova (1).

Les auteur-e-s dénoncent les coûts cachés de la domination masculine pour les hommes eux-mêmes : la violence comme forme de virilité, l’injonction à la performance, le modèle de « monsieur gagne-pain » ont un impact sur la santé physique et mentale des hommes, leur espérance de vie, l’équilibre des familles, … « L’égalité entre les sexes n’est pas un jeu à somme nulle. Les hommes auront aussi à gagner à vivre dans une société plus juste », souligne Emmanuel Borde, un autre rapporteur.

Comment faire pour faire bouger les lignes ? « Il faut lutter contre les stéréotypes qui conditionnent les hommes comme les femmes », affirment les auteur-e-s qui publient 48 propositions pour y parvenir.

17 d’entre elles réaffirment des revendications féministes telles le développement massif des modes de garde pour les jeunes enfants, un réel accès à la contraception et à l’avortement ou l’instauration d’un gouvernement paritaire.

Les 31 autres propositions concernent directement l’implication des hommes dans les politiques d’égalité. On note la demande d’une réforme du vocabulaire qui peut avoir son poids dans les représentations, comme rebaptiser l’école « maternelle » en école « élémentaire ». La proposition 32 invite à lutter contre la violence dans le sport et promouvoir l’égalité entre pratiquants masculins et féminins. Une proposition appelle à ajouter l’histoire des relations femmes/hommes dans les enseignements littéraires, historiques et philosophiques au collège et au lycée. Autre exemple, pour lutter contre le « présentéisme » des hommes : fermer les bureaux à 20 heures.

La proposition à la fois la plus concrète et la plus contraignante est celle visant à étendre l’actuel congé de paternité à huit semaines qui est actuellement de 11 jours, en plus des 3 jours du congé de naissance. Le but : lutter contre les inégalités salariales. « Ces inégalités de salaires reposent sur un double soupçon de la part des employeurs à l’égard des femmes : l’éventualité d’une grossesse et celle d’une moindre disponibilité suite à une naissance. Il faut que ce soupçon pèse également sur les hommes », explique Emmanuel Borde.

Les auteur-e-s s’appuient également sur le constat du déni du père dans le milieu de la petite enfance, de la maternité à l’école maternelle. « La tendance des politiques publiques a été jusqu’à présent de minorer son intervention dans la sphère privées. Or, les inégalités se nichent là aussi », complète Elodie Servent.

Terra nova souhaite faire entendre ces propositions dans les partis politiques de gauche, afin qu’ils reprennent l’égalité hommes-femmes comme un des thèmes de la campagne pour l’élection présidentielle de 2012. Le think-tank pourrait s’associer au Laboratoire de l’égalité (2) dans la perspective de l’université d’été du PS de La Rochelle qui aura lieu du 26 au 28 août prochain. L’implication des pères dans la conciliation des temps de vie, est l’un des quatre axes du Pacte pour l’égalité lancé par le Laboratoire de l’égalité, qui sera proposé à la signature des candidat-e-s à la présidentielle pour que la question de l’égalité hommes-femmes soit un incontournable de 2012.

Claire Alet – EGALITE

(1) L’implication des hommes, nouveau levier dans la lutte pour l’égalité des sexes, rapport Terra Nova consultable en ligne, juin 2011.

(2) Le Laboratoire de l’égalité a été créé en 2010 pour obtenir la mise en œuvre effective de l’égalité de traitement dans tous les secteurs de la vie économique et à tous les niveaux de décision.