Brèves Des logements sociaux pour les femmes victimes de violence en IDF

Le 10 novembre dernier, le conseil régional d’Ile-de-France et les 14 associations (*) franciliennes de la Fédération nationale Solidarité femmes (FNSF) ont renouvelé et étendu un dispositif assurant l’accès au logement locatif social des femmes victimes de violences conjugales ou familiales.

Le conseil régional met à disposition du réseau FNSF des logements du contingent régional pour les femmes hébergées ou suivies par les associations. « Nous avons ainsi plusieurs propositions de relogement sur toute l’Ile-de-France, ce qui permet à ces femmes de choisir un département éloigné du compagnon violent », nous explique Françoise Brié, vice-présidente de la FNSF.

« Lorsqu’une femme décide de rompre l’emprise d’un conjoint violent se pose très rapidement la question de l’hébergement, souvent une nécessité durant quelques mois, puis d’un logement autonome. L’indisponibilité des logements sociaux pérennes est l’une des principales causes de la saturation des centres d’hébergement du réseau Solidarité Femmes en Ile-de-France », expliquent la FNSF. Rappelant qu’une femme relogée laisse une place libre dans les centres d’hébergement d’urgence du réseau.

Dans son dernier livre blanc, la FNSF, qui gère le numéro d’appel national 3919, l’accès au logement des femmes victimes de violences conjugales était présenté comme une des mesures les plus importantes de la lutte contre les violences familiales.

Grâce au premier accord entre associations et région, 165 femmes ont déjà été relogées depuis juillet 2009.

(*) Le Relais de Sénart, L’Escale, Flora Tristan, FIT une Femme un Toit, SOS Femmes 93, Du Côté des Femmes, Mille et Une Femmes, Libre Terre de Femmes, Elle’s Imaginent, Parole de Femmes Massy, Tremplin 94, Halte Aux Femmes Battues, SOS Femmes Meaux.