Brèves Les sages-femmes contre les échographies commerciales

Le 5 décembre dernier, le professeur Lansac, président de la Commission nationale d’échographie obstétricale et fœtale du Collège national des gynécologues et obstétriciens français, alertait sur le risque encouru par les fœtus lors d’échographies à but artistique.

Pratiquées par des non professionnels, ces échographies exposeraient inutilement les fœtus aux ultrasons, de manière trop prolongée et continue.

En 2004, l’Académie de médecine s’opposait déjà aux échographies artistiques et commerciales et en 2005, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afsapps) demandait aux femmes enceintes de ne pas y avoir recours.

L’Organisation nationale des syndicats de sages-femmes va dans le même sens et demande « aux législateurs d’entendre les avis de la Commission d’échographie obstétricale et fœtale, de l’Afssaps, de l’Académie de médecine et d’actualiser la loi de 1961 afin de stopper cette dérive ».

Cette loi réservait aux seuls professionnel-le-s de santé le droit de pratiquer des radiographies. Rien sur les échographies… qui n’existaient pas.