Politique Une candidate PS face au parachuté Christophe Borgel en Haute-Garonne ?

C’est officiel depuis le 11 janvier. Christophe Borgel, secrétaire national en charge des élections, a été nommé candidat aux élections législatives de 2012 dans la 9e circonscription de la Haute-Garonne par le bureau national du parti socialiste. Une circonscription pourtant réservée à une femme.

Depuis décembre 2011, un contentieux opposait l’adjointe au maire de Toulouse Anne Crayssac, et la conseillère régionale Nadia Pellefigue pour l’investiture. Après recours et tensions, le vote des militants n’avaient pas suffi à les départager.

Entretien avec Virginie Houadec, secrétaire fédérale aux droits des femmes au PS 31, qui a rencontré Christophe Borgel samedi dernier.

Depuis le parachutage de Christophe Borgel dans la 9e circonscription de Haute-Garonne, annoncé le 11 janvier dernier, que s’est-il passé ?

J’ai rencontré Christophe Borgel à sa demande samedi dernier. Je suis allée à ce rendez-vous avec une autre militante, je ne voulais pas y aller seule.

Il devait nous expliquer pourquoi sa candidature était une meilleure solution au problème de la 9e circonscription qu’un nouveau vote pour départager Anne Crayssac et Nadia Pellefigue.

Il n’a pas été très convaincant sur les résultats du travail de sa commission (*), « j’ai l’impression de… j’ai le sentiment de… », tels ont été ses termes, le flou persiste sur son travail de contrôle.

Aucun fait, aucun acte. Il a de plus justifié sa candidature comme étant naturelle, lui qui vient de la région parisienne. Nous sommes sorties très sceptiques de cette rencontre.

Comment comptez-vous continuer votre combat pour la parité au sein du PS ?

Nous avons tout d’abord une candidate pour les législatives, nous l’avons annoncé à Christophe Borgel. Nous ne pouvons pas encore donner son nom. C’est une femme courageuse.

Notre démarche est vraiment collective et ne concerne pas uniquement les femmes, nous conjuguons les forces des féministes à celles de l’ensemble des militants du PS de notre circonscription. Je peux dire que je suis la porte-parole de nombreux militants, toutes motions confondues.

Nous nous sommes comptés et avons réalisé que nous étions une vraie force d’où notre idée de faire circuler une pétition. Elle a été uniquement diffusée aux militants par mail pour le moment. Nous sommes 4 000 militants en Haute-Garonne. A 1 000 signatures, nous la rendrons publique.

Ensuite nous rendrons public le nom de notre candidate.

Avez-vous des retours du bureau national sur votre demande de prise en considération ?

Le 23 décembre, nous avons écrit à Martine Aubry car nous avions appris par la presse l’éventuel parachutage de Jack lang le 21 décembre, puis celui d’un homme du Mouvement républicain et citoyen, le 22, puis enfin celui de Chistophe Borgel.

Informées également par la presse le 11 janvier de la décision officielle du bureau national de nommer ce dernier, nous avons réécrit à Martine Aubry. Nous n’avons reçu aucune réponse à nos deux courriers.

Je suis d’autant plus étonnée que je suis une des initiatrices de l’appel de Martine Aubry pour l’égalité entre les femmes et les hommes rédigé pendant la primaire citoyenne. Je n’ai aucun retour non plus du secrétariat national aux droits des femmes du PS.

Quel est votre sentiment sur cette affaire ?

Je suis scandalisée sur le fond.

La Haute-Garonne est une fédération où la convivialité prévaut, une fédération qui respecte ses militants. Nous vivons un parachutage et en plus celui d’un homme dans une circonscription réservée à une femme.

Je me dis que si c’était une femme qui avait été parachutée, cela aurait été moins grave. Sans doute ne serions-nous pas intervenues.

Ce qui me fait du bien et m’émeut c’est le nombre d’encouragements que j’ai reçus. Une lettre reçue à mon domicile disait « Madame, vous êtes l’honneur du PS ». Nous recevons maintenant des messages de soutien de toute la France.

Et nous avons bien évidement l’entier appui d’Yvette Roudy.

Mais pour nous ce n’est pas simple, il faut gagner la présidentielle.
Je dis que nous sommes de bonnes militantes, nous respectons les votes des militants et les valeurs et statuts du PS.

Propos recueillis par Caroline Flepp

(*) Avant son parachutage, Christophe Borgel a présidé la commission nationale d’enquête menée sur les résultats du vote d’investiture dans la 9e circonscription de Haute-Garonne.