Non classé Le collectif Feministes en mouvements lance sa lettre ouverte aux présidentiables

Logo Féministes en mouvements

« L’égalité, ça ne concerne pas que les femmes, il s’agit bien d’une question politique ! ». Magali de Haas est catégorique. En présentant, ce mercredi 15 février la lettre ouverte « Dix mesures pour atteindre l’égalité femmes-hommes » destinée aux candidat-e-s à la présidentielle, la jeune militante du collectif Féministes en mouvements et porte-parole d’Osez le féminisme n’y va pas par quatre chemins :

«  Les inégalités de salaires ne diminuent plus depuis quinze ans, les femmes sont spécialement touchées par la réforme des retraites, l’IVG est menacé par la fermeture d’une centaine de centres, enfin, on note partout un retour du sexisme… Voilà ce qui nous amène aujourd’hui à nous mettre en réseau pour faire remonter les réalités du terrain et à interpeller les politiques ».

Le collectif propose en outre à chacun-e d’envoyer cette lettre ouverte, disponible en ligne, aux candidat-e-s.

En juillet dernier, déjà, le collectif, qui regroupe aujourd’hui 45 associations, avait réuni plusieurs centaines de personnes pour deux jours de réflexion sur les droits des femmes. Initiative couronnée de succès qui avait permis de mettre au point une plate-forme de mesures prioritaires, reprise aujourd’hui par la lettre qu’il adresse aux candidat-e-s.

Il prépare également une grande soirée, le 7 mars, à la Cigale à Paris, où les cinq candidat-e-s « républicain-e-s » – François Hollande, Jean-Luc Mélenchon, Eva Joly, François Bayrou et celui de l’UMP (seuls les trois premiers ont confirmé leur présence) – devront répondre à ses questions.

Un livre paraîtra début mars sous le titre Mais qu’est-ce qu’elles veulent encore ?

Qu’est-ce qu’elles veulent encore ?

Alors, que veulent-elles ?
Un ministère des Droits des femmes, d’abord, au sein d’un gouvernement paritaire.
Une vraie égalité professionnelle et salariale ensuite, puisque, comme le souligne Olga Trostiansky, de l’Assemblée des femmes, « il y a eu des lois tous les cinq ans, mais aucune sanction. Les entreprises se contentent donc de discuter de plans d’actions qu’elles ne mettent pas en œuvre ensuite ».

Puis, l’ouverture de centres d’IVG – cette dernière devant être remboursée à 100% –, 500 000 places en crèche supplémentaires, une sensibilisation contre le sexisme, le droit à l’adoption pour les couples de même sexe, la création de 4 500 places d’accueil pour les femmes victimes de violences conjugales ainsi que des titres de séjour pour les étrangères victimes de violences, et enfin une réelle lutte contre la prostitution, notamment en pénalisant le client.

Des revendications variées, donc, qui abordent les différents domaines des inégalités persistantes dans notre société. Sans oublier les répercussions que chaque réforme ou décision gouvernementale peut avoir sur le destin des femmes. Car pour Martine Storti, de l’association Quarante ans du féminisme, « on prend souvent des décisions globales sans prendre en compte les répercussions sur les femmes… ».

Dans la lettre ouverte, le problème de la parité n’est pas abordé, il fallait faire un choix, même si les associations regrettent que les prochaines élections législatives risquent de porter le nombre de femmes parlementaires de 18% aujourd’hui à seulement 25% demain…

Ce qui compte aujourd’hui à leurs yeux est d’être entendues. « Nous sommes aujourd’hui unies, et c’est l’essentiel, même si chacune de nos associations travaille sur un thème particulier, des violence envers les femmes à l’égalité professionnelle, en passant par les mutilations génitales. Nous avons toutes un même objectif, l’égalité entre les femmes et les hommes ! »

Aux politiques, le 7 mars, de leur prêter une oreille attentive.

Moïra Sauvage – EGALITE

Mais qu’est-ce qu’elles veulent encore ?, éditions Les liens qui libèrent, en librairie début mars.

Parution également de Femmes-hommes, enfin l’égalité ?, éditions Eyrolles, 32 personnalités font des propositions en faveur de l’égalité.

Pour s’informer sur le 7 mars et soutenir la lettre : http://www.ellesprennentlaparole.blogspot.com