Non classé Programme de Nicolas Sarkozy : et l’égalité femmes-hommes ?

Pour la deuxième fois, Nicolas Sarkozy a décliné l’offre de venir s’exprimer devant les femmes. Après son absence remarquée le 7 mars à la soirée d’interpellation des présidentiables par le groupe d’associations Féministes en mouvements, il ne s’est pas rendu non plus – alors qu’il s’y était engagé – à la journée d’hier, organisée par le magazine Elle dans les locaux de Sciences po Paris, où étaient présent-e-s Nathalie Arthaud, François Bayrou, Nicolas Dupont-Aignan, François Hollande, Eva Joly, Marine Le Pen.
Sous les huées, sa porte-parole, Nathalie Kosciusko-Morizet, est montée sur l’estrade, uniquement pour justifier son absence, motivée, semble-t-il, par des raisons de sécurité.

Hier également, Nicolas Sarkozy dévoilait son programme. Mis à part la création de 200 000 places en crèche, rien dans cet ensemble de 32 mesures ne prévoit de faire progresser l’égalité femmes-hommes.

Les réactions n’ont pas tardé. Notamment celle du Laboratoire de l’égalité, qui regrette de n’y avoir vu aucune mesure visant à réduire les différences de salaires, atteindre la parité dans les instances démocratiques et instances dirigeantes des entreprises et syndicats, aider les femmes cumulant les CDD, horaires atypiques et situation de monoparentalité, améliorer les retraites des femmes, lutter contre les stéréotypes sexistes.

Dans son communiqué, le Laboratoire rappelle que son Pacte pour l’égalité proposant des mesures allant dans ce sens a été signé par Eva Joly, Jean-Luc Mélenchon et François Hollande.

Côté PS, Yvette Roudy, ancienne ministre des Droits des femmes, Danielle Bousquet, députée, et Caroline de Haas, militante PS et féministe, dressant le bilan du candidat-président ont fustigé notamment la réforme des retraites qui creuse les inégalités de pensions, la réforme de l’hôpital public qui a provoqué la fermeture de nombreux CIVG, la place grandissante du privé concernant les structures de la petite enfance, et le non respect de la loi sur la parité au sein de l’UMP. Le parti ne présentant que 28 % de femmes aux prochaines législatives.

Les trois socialistes ont déclaré : « Qu’il s’agisse de la présentation de son programme ou de son absence à l’IEP [Sciences po] de Paris, Nicolas Sarkozy a hier manifesté une fois de plus son mépris pour les millions de femmes qui chaque jour, subissent encore des inégalités de salaires, des conditions de travail précaires, enchaînent les difficultés pour articuler vie professionnelle et vie personnelle ou sont victimes de violences sexistes [… ] Depuis 2009, la France est passée du 19e rang au 48e rang mondial en matière d’égalité entre les femmes et les hommes. Un bilan catastrophique pour celui qui affirmait en 2007 vouloir réaliser l’égalité au cours de son mandat. »

Catherine Capdeville – EGALITE