Brèves Najat Vallaud-Belkacem espère une nouvelle diplomatie des Droits des femmes

Le 30 août, dans le cadre de la conférence des ambassadeurs, Najat Vallaud-Belkacem a expliqué la nécessité de développer une nouvelle diplomatie des Droits des femmes.

En s’adressant aux ambassadeurs, la ministre a ainsi rappelé l’importance de l’engagement de la France dans les luttes pour les droits des femmes à travers le monde.

 « L’action de la France doit assurer la défense des droits des femmes dans tous les domaines :
– le droit des petites filles à accéder à l’école, à l’éducation, au savoir et à pouvoir choisir librement leur orientation ;
– leur droit de se marier avec qui elles le souhaitent. De divorcer. De se remarier. D’aimer quelqu’un d’autre ;
– leur droit à disposer librement de leur corps. ;
– leur droit à travailler et à être rémunérées pour ce travail. A s’exprimer. A marcher librement dans les rues. A chanter. A rire. A danser. A vivre dignement. A ne pas subir la domination des hommes. Leur droit à être protégées. »

Son discours a notamment été ponctué par le rappel des violences et discriminations dont les femmes font l’objet à travers le monde : le statut d’infériorité des femmes au Mali, les viols fréquents en Haïti, la forte mortalité infantile des filles en Inde, l’assassinat d’une femme toutes les 6 heures en Afrique du sud, en passant par les révolutions arabes qui n’ont pas permis aux femmes de s’émanciper.

Ajoutant que « dans chacun des pays, les femmes qui se battent pour leur émancipation le font avec la même volonté : montrer que le progrès des droits des femmes est la première marche du progrès de l’humanité ».

Encourageant les ambassadeurs à travailler dans le sens d’une politique pour l’égalité des droits entre les femmes et les hommes, la ministre a tenu à rendre compte de la faible représentation des femmes au sein des instances diplomatiques :

« 14% de femmes ambassadeurs et un pourcentage équivalent de Consuls ou de Directrices d’administration – chiffre stable depuis 2009 semble-t-il – c’est trop peu et très loin de l’objectif de parité fixé par le gouvernement ».

 

Le discours de la ministre est consultable en ligne sur le site du ministère des Droits des femmes.