Politique Yamina Benguigui, la Francophonie et les femmes

De passage à New York lors de l’Assemblée générale de l’ONU, la ministre française déléguée à la Francophonie Yamina Benguigui a présenté  la semaine dernière à la presse les axes de son action, avec pour priorité la promotion de la participation des femmes aux prises de décision à l’échelle des pays francophones.

« Je n’ai pas laissé mes engagements pour les droits humains et la dignité des femmes à la porte de mon ministère » affirme d’emblée Yamina Benguigui, lors d’une rencontre avec la presse organisée au Consulat de France de New-York.

La réalisatrice, devenue ministre, souhaite promouvoir « une langue égalitaire et solidaire, débarrassée des oripeaux du colonialisme » et œuvrer « pour que les valeurs fondatrices de la France, celles de la déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, rayonnent dans le grand espace des pays francophones ».

A la veille du Sommet de la Francophonie, qui se tiendra du 12 au 14 octobre 2012 à Kinshasa (République démocratique du Congo), la ministre se fait une priorité d’interpeller et de mobiliser les acteurs de la Francophonie sur « la guerre sans nom et sans visage qui se déroule au Nord-Kivu, où les exactions commises contre les femmes, victimes de viols et de mutilations, constituent une arme de destruction massive ».

Soulignant que cette année encore, elle sera une des rares femmes à pouvoir s’exprimer lors de ce Sommet, Yamina Benguigui souhaite placer au cœur de son action « la promotion et la participation des femmes à la prise de décision dans l’espace francophone ». A cet égard, un premier Forum mondial des femmes francophones sera organisé à Paris en mars 2013, avec le soutien de la municipalité et de Michelle Bachelet, directrice d’ONU-Femmes.

Ce forum qui réunira 500 femmes de tous les continents, représentantes de la société civile et actrices économiques se veut « un lieu de débat et de transmission d’expériences ».

 

Agnès Boussuge-Kerr, collaboratrice Etats-Unis – EGALITE