Articles récents Fleury-Mérogis expose la liberté, l’égalité et l’amour dans ses rues.

En partenariat avec l’Ecole des Métiers de l’Information (EMI), la ville de Fleury-Mérogis expose des panneaux sur l’égalité et l’amour dans ses rues. Les images ont été réalisées par des graphistes en formation à l’EMI et des jeunes de la réussite éducative de la ville au cours d’ateliers de création d’images. La collaboration entre une municipalité et une école de journalisme est suffisamment rare pour être soulignée.

A l’occasion du 8 mars, la Ville de Fleury consacre tout le mois de mars à la promotion des valeurs d’égalité entre femmes et hommes. La volonté des élue-s de la ville était de faire réfléchir les citoyen-ne-s aux questions de l’égalité dans le couple, aux droits et aux libertés en matière de relations amoureuses et de sexualité… Jusqu’au 31 mars, si vous vous promenez du côté de cette ville de l’Essonne, vous pouvez tomber sur l’un ou l’autre de ces drôles de panneaux signalétiques et découvrirez «un parcours fléché de l’amour, ludique et drôle… sans stop ni sens interdit !»

 

af2                                    pan14

 

C’est la troisième année que Fleury-Mérogis, petite ville de 5000 habitants qui n’a pas de chargé-e de mission égalité femmes/hommes propose, en collaboration avec l’EMI, un projet de sensibilisation de ses concitoyen-ne-s à cette question.

Il y a trois ans le thème choisi portait sur les violences faites aux femmes et les affiches se découvraient sous les abribus de la ville.

 

p5                                           p10

 

En 2014, les affiches qui pointaient la persistance des stéréotypes de genre étaient collées sur des totems en bois.

 

totem37                               totem39                       totem3

 

Autour des expos, la mairie de Fleury organise aussi des groupes de parole, une année ce sont les retraité-es qui ont été ciblés, une autre année les jeunes. Chaque année la mairie réalise un livret à partir des affiches, qu’elle met à disposition d’autres municipalités.

La responsable du service culture de la ville, qui porte les campagnes, souligne qu’en 2013, après la campagne, trois cas de violences conjugales avaient été signalées : «aujourd’hui, quand on se rend à la gendarmerie» explique avec fierté Marion Derosier «on voit notre livret sur le bureau des gendarmes.»

 

Une école des métiers de l’information pas comme les autres

L’EMI est une école qui forme aux nouveaux métiers de l’information. Les panneaux de l’exposition ont été réalisés dans le cadre de son atelier «graphiste d’information et de communication bimédia» au cours duquel 11 personnes de formation, de parcours, d’âges différents ont planché sur la liberté, l’égalité et l’amour. L’atelier a démarré par un travail de sensibilisation sur l’égalité femmes/hommes par Natacha Henry, journaliste et formatrice féministe. Une sensibilisation auprès de stagiaires qui aux dires de la journaliste s’est déroulée face à des stagiaires très à l’écoute.

Des jeunes de la réussite éducative ont également participé au projet. Arnaud Corbin, le formateur de l’EMI s’est rendu à Fleury-Mérogis auprès de ces jeunes de 12 et 13 ans. Le résultat est fort, touchant et pertinent.

 

PAN_re2         PAN_re1

 

Les jeunes sont fièr-e-s d’avoir conçu des panneaux affichés aux quatre coins de la ville.

Aucune correction n’a été apportée aux propositions des stagiaires et des jeunes. L’égalité femmes-hommes entrerait-elle dans les mœurs des jeunes générations ?

Caroline Flepp 50-50 magazine