DOSSIERS Pas de répit pour les associations américaines de défense des droits des femmes

Les associations américaines de défense des droits sexuels et reproductifs sont bien à la peine alors que la droite républicaine se radicalise et que les mesures d’austérité affectent principalement les pauvres et les femmes de couleur. Les droits fondamentaux des femmes sont soient remis en cause soient simplement ignorés, déstabilisant la position sociale des plus fragiles. Les associations sont sur la brèche pour éviter un complet recul des acquis des femmes.

Il est bien difficile de fêter dans la joie le 42ème anniversaire de la décision de la Cour Suprême Roe v Wade (1). A moins que l’on ne veuille saluer les retours en arrière en matière de droit des femmes, rien n’est à célébrer avec ce nouveau Congrès très républicain, très religieux, qui n’a qu’une idée : surveiller et punir certaines femmes. L’obsession est de mettre les femmes surtout pauvres et de couleur hors la loi, en bloquant l’accès à l’avortement et en réduisant ses droits en particulier les droits sexuels et reproductifs.

Les organisations de défense des droits des femmes ne chôment pas. Alors que les législations qui portent atteinte à ces droits se suivent, souvent insidieusement attachées à d’autres législations comme cela est possible aux Etats Unis, ces organisations sur la défensive  n’ont plus le temps de faire leur travail d’information et de soutien aux femmes et aux jeunes.

Les représentantes de ces associations s’accordent à reconnaître  la responsabilité  du «Hyde Amendment» (1976) dans cette évolution régressive. Cet amendement est avant tout discriminatoire car il interdit toute aide fédérale à l’avortement.

Pour Kimberly Inez Mc Guire représentant la National Latina Institute for Reproductive Health,  l’administration Obama aurait du inscrire l’abolition de l’amendement à l’ordre du jour lorsque les démocrates avaient la majorité dans les deux chambres. Au lieu de cela, souligne-t-elle, il a inclus, de 2008 à 2012, le Hyde Amendment dans le budget de la Maison Blanche. Le président avait précisément exprimé l’importance de garantir de l’accès à l’avortement, une contradiction de plus pour le président Obama. Peut-être faut il y voir des choix stratégiques inscrits dans une approche utilitariste, ne pas fâcher les conservateurs sur des sujets non porteurs de votes, toujours plus rentable que de poursuivre la défense des droits de toutes les femmes.

Kate Stewart pour Advocate for Youth, reconnaît les difficultés à travailler avec les membres très conservateurs de ce nouveau Congrès. Elle pense aussi que certains membres du Congrès autrefois plus silencieux sur ces questions sont maintenant très motivés pour remettre en cause les droits fondamentaux des femmes.

Actuellement, le Congrès discute le Medicare (2) «sustainable Gross Rate» SGR. Des restrictions aux soins liés à l’IVG, un budget de 25 millions de dollars pour un programme encourageant l’abstinence avant le mariage ont été attachés à la loi SGR.

Depuis la prise de pouvoir au mois de janvier dernier de ce 114ème Congres, plusieurs législations mettant en cause l’IVG ont déjà été introduites. A chaque fois comme maintenant avec la SGR, les organisations féministes et de défense des droits sexuels et reproductifs ont dû mobiliser leurs ressources pour y faire face et éviter le pire.

Pour Kimberly, sans le Hyde amendment, ces pièges législatifs ne pourraient pas exister.

La droite religieuse conservatrice va poursuivre ses efforts pour transformer ce qui n’est qu’un amendement en loi et confirmer que les droits sexuels et reproductifs ne sont pas une responsabilité de l’Etat. On comprend la colère qu’expriment beaucoup de féministes à l’égard du président Obama pour ne pas avoir créé la dynamique nécessaire à l’annulation du Hyde Amendment.

Construire un mouvement de résistance

Face a ces menaces législatives, allaboveall.org a vu le jour pour coordonner toutes les actions, Kate, Kimberly et bien d’autres y voient un moyen de construire un mouvement plus efficace de résistance et d’information.

La deuxième source de contrôle législatif sur les droits des femmes se situe au niveau des Etats précise Kimberly. Durant ces quatre dernières années plus de lois ont été passées pour réduire les droits à l’IVG que durant la décennie précédente. Ces lois rendent difficile voir impossible le maintien de centres IVG. Aujourd’hui, 85% des comtés américains n’ont plus aucun service pratiquant l’IVG, et vingt-sept Etats, dans lesquels vivent 56% des femmes résidant aux Etats-Unis, sont considérés hostiles aux droits des femmes.

Les femmes issues de l’immigration avec ou sans papiers ont un accès très restreint voire même inexistant aux services de santé et pratiquement aucun accès légal à l’IVG. D’une façon générale, les immigrant- e- s ont été les laissés-pour-compte de la santé aux Etats Unis affirme Kimberly ajoutant que l’écart avec le reste du pays s’accroit.

Dix-sept Etats ont inscrit dans leur programme d’aide Medicaid, l’accès a l’avortement, mais chaque Etat a sa propre interprétation de l’aide sociale. Les remboursements venant de Medicaid aux centres IVG et aux médecins pratiquant l’IVG se font difficilement avec de trop longs délais et parfois des remboursements insuffisants. Beaucoup de centres ont du mal à rester ouverts et bien souvent les médecins se retirent de ces programmes, n’offrant l’IVG qu’aux femmes qui peuvent les payer directement.

En 2008, 42% des femmes qui ont eu un avortement vivaient en dessous du seuil de pauvreté, soit 60% de plus qu’en 2000.

Le Maryland: un Etat où l’aide sociale a plusieurs niveaux d’ayants droit

Abortion Funds est une association essentiellement composée de bénévoles qui aide les femmes à financer leur IVG. Annie Hollis est membre du bureau de l’association qui œuvre sur la cité et le comté de Baltimore dans le Maryland. Elle rappelle qu’une femme sur trois aura recours à une IVG dans sa vie reproductive. Annie explique qu’a Baltimore, 71% des femmes qui appellent pour avoir de l’aide sont noires, 21% sont blanches, 3% latinas, 3% asiatiques, 1% indiennes, et 1% multiraciales. Dans le Maryland, l’aide sociale a plusieurs niveaux d’ayants-droit. Annie souligne l’absurdité de ces niveaux, par exemple une femme qui est enregistrée en début de grossesse ne pourra pas avoir d’aide pour avorter. Les formulaires d’enregistrement dans Medicaid sont extrêmement complexes.

Ce sont ces différentes barrières administratives qui restreignent les remboursements. En moyenne un avortement coûte 448$ au premier trimestre et 1400$ au deuxième trimestre sachant que les avortements thérapeutiques ne sont pas plus pris en charge qu’un avortement normal.

C’est dans ces conditions de précarité que les achats sur le net de misoprostol aussi commercialisé sous le nom Cytotec sont en pleine expansion. Au delà du coût beaucoup plus bas, l’achat sur internet est parfois la seule option possible. Le Cytotec représente la nouvelle aiguille de l’avortement clandestin.

Mais un amendement peut en cacher un autre, le «Helms amendment» (1973) est la version internationale du « Hyde amendment ». Il précise qu’aucun fond américain ne peut être utilisé pour financer «l’exécution d’un avortement» en tant que méthode de planification familiale. Clairement, l’influence économique et politique des Etats-Unis porte bien d’autres valeurs qui ont affecté négativement la vie des femmes au-delà des frontières.

Il y a fort à faire pour la défense des droits sexuels et reproductifs. Il s’agit de défendre les femmes qui sont les premières accusées, dont la vie est constamment examinée contrôlée et punie. Cela dans un pays qui se présente comme défenseur des idéaux démocratiques. L’inégalité de droits concerne le genre, l’ethnicité et la classe sociale et ne peut être si la démocratie se veut citoyenne.

Brigitte Marti collaboratrice USA  50-50 magazine

 

1  l’arrêt Roe versus Wade de la Cour Suprême aussi appelé « la décision » avait fait reconnaître l’avortement comme un droit constitutionnel

2 Médicare: financement public pour une assurance de santé aux plus de 65 ans et pour d’autres catégories vulnérables.