Articles récents La renarde : le sexe sans tabou, avec légèreté, humour et profondeur.

Virginie Baldeschi, réalisatrice-rédactrice, a créé un blog sur la sexualité. Elle dit avoir eu la chance de croiser, au cours de ses nombreux voyages des femmes extraordinaires qui lui ont donné l’envie de se plonger dans les questions et l’histoire des femmes. Elle dit qu’en tant que femme elle se sent le devoir d’être sensible à leur cause. Leur donner la parole sur le sexe est sa façon à elle d’être féministe.

D’où vient cette idée de créer un blog sur le sexe et les femmes?

J’ai toujours été intéressée par les questions des femmes. Et j’ai surtout eu envie de travailler sur le thème du sexe, alors j’ai eu l’idée et le désir de mettre en avant les femmes qui travaillent autour du sexe, de l’érotisme et du corps. De montrer leur travail et de les laisser s’exprimer sur leur vision du sexe et de la sexualité.

C’est ma manière à moi d’être féministe. J’ai découvert qu’il y avait de nombreuses femmes dans des domaines variés qui prenaient de plus en plus la parole sur le sujet en France mais aussi dans le monde entier. Les femmes sont de plus en plus libérées sur ces questions, elles osent s’exprimer sans tabou, avec légèreté, humour et profondeur. Mon blog la renarde parle de sexe plutôt dans la sphère culturelle.

renarde solo

La mascotte du blog

Que trouve-t-on sur votre blog ?

Sur mon blog, on trouve des interviews de réalisatrices, écrivaines,chercheuses, entrepreneuses, illustratrices, créatrices, danseuses … Des femmes qui écrivent, chantent, photographient, étudient, créent le sexe, la sexualité et l’érotisme. Je peux aussi bien rencontrer une photographe comme Marianne Rosenstiehl de l’agence Sygma qui a travaillé sur le thème du sang des règles, ou Marguerite Bartherotte (G.Kero) qui cartonne avec ses chemises Kama sutra, ou bien encore la journaliste animatrice Giulia du Mouv’ ou l’artiste Milo Moiré qui pond des œufs de peinture avec son vagin !

Avez-vous rencontré des féministes qui travaillent sur la sexualité ?

Oui, je pense à la réalisatrice de porno Lucie Blush qui met au centre de son travail le corps des femmes. C’est une nouvelle vision du porno, la femme n’est plus objet mais sujet, il est alors question d’érotisme. Il y a aussi Sophia Wallace, qui a travaillé sur le thème du clitoris …. Julia Palombe chante haut et fort «J’aime mon vagin». Ces femmes sont pour moi, chacune à leur manière, des féministes. Elles s’expriment, s’affirment en tant que femme sur un sujet qui a été longtemps exploité essentiellement par les hommes.

Les hommes sont très curieux de ces questions et de leur travaux (sourires), j’ai souvent des retours de leur part.

Justement pensez-vous que le porno féminin est possible ?

Je pense que le porno n’est pas seulement réservé à un public d’hommes, c’est aussi une affaire de femmes. D’après les études, elles en regardent régulièrement surtout sur le web. Même si l’industrie du porno est depuis toujours dans les mains des hommes, les femmes ont leur place à prendre. Une réalisatrice sera certainement mieux placée pour savoir « ce que veulent les femmes » et pour ainsi mettre en scène leurs fantasmes et désirs. Du moment que les femmes restent maîtresses de leurs émois sexuels, je pense que le porno féminin peut tout se permettre et il est justement très varié, du sexe violent à celui plus romantique. Il y en a donc pour tous les goûts ! Si la France reste frileuse dans ce genre nouveau, beaucoup d’autres pays comme la Hollande lui dédie une chaîne X pour les femmes (Dusk), le canada depuis 2006 organise chaque année une cérémonie dédiée au porno féminin ( Feminist porn Award), Pinklabel TV aux Etats-Unis est la plate-forme porno féministe et j’en passe … Et puis il y a la jeune réalisatrice française Lucie Blush (Lucie makes porn) que j’ai d’ailleurs interviewé sur mon Blog, allez donc faire un tour sur son site !

Qu’est ce que le sexe représente pour vous ?

Hormis le fait que le sexe fasse partie intégrante de l’énergie de vie, c’est grâce à lui que nous sommes tous ici. Je trouve que c’est un excellent baromètre de société. La séxualité est un véritable indicateur des maux d’une société. Plus qu’un terrain de plaisir, c’est un outil sociologique et politique  ! Il peut être drôle, sérieux, dérangeant, envoûtant … Le sexe est partout et il est indispensable pour la plupart d’entre nous, il contribue, je pense, à notre équilibre intérieur.

Quels sont vos projets ?

Plus d’interviews et de nouvelles rubriques sur mon Blog, je fais ça en plus de mes missions en tant que freelance. Je travaille aussi avec deux autres personnes sur le lancement d’un site qui devrait voir le jour très bientôt, toujours autour du sexe mais dans un univers esthétique où se mélangent avec humour le sexe et l’Art. J’ai hâte  ! J’ai aussi repris des études en sexologie, avec le désir d’approfondir mon champ de compétences et de connaissances dans ce domaine. Je pourrais devenir sexologue si tout va bien d’ici deux ans. J’ai l’impression que c’est un métier qui a de l’avenir, de nombreux couples ont des problèmes d’ordre sexuel et osent consulter de plus en plus !

Propos recueillis par Caroline Flepp 50-50 magazine

Image à la Une : La graphiste et directrice artistique Aurelie Stefani