Articles récents Festival International des Écrits de Femmes, la seule manifestation littéraire européenne consacrée aux écrits de femmes.

Le Festival International des Écrits de Femmes se tient dans la ville natale de Colette Saint Sauveur en Puisaye, les 10 et 11 octobre. Cette année, il a pour thème «les reines du crime.» Frédéric Maget, directeur depuis 4 ans  de la maison de Colette qui organise cette manifestation présente ce Festival unique.

Qu’est ce que le Festival International des Écrits de Femmes ?

Ce Festival est la seule manifestation littéraire en Europe consacrée aux écrits de femmes. Son objectif est de valoriser la place des femmes dans les mouvements de la culture, de l’histoire et des idées.

Chaque année, nous travaillons sur un thème différent en réunissant des spécialistes: auteures, comédiennes, ou réalisatrices. Nous aurons bientôt une édition sur le théâtre.

L’idée est d’avoir des activités multiples afin d’offrir à chacun-e la possibilité d’entrer dans le domaine des écrits de femmes. Nous proposons des lectures, des projections, des table-rondes avec cette spécificité que notre Festival n’est pas lié à l’actualité car nous voulons inscrire les femmes dans l’histoire. Nous essayons de créer des passerelles entre le passé et le présent.

nous luttons contre l’idée du génie féminin en littérature. Les critiques disaient de Colette qu’elle « était seule de son sexe » alors qu’elle-même voulait être « une femme parmi les autres. » Les femmes font l’Histoire mais elle s’écrit sans elles. C’est cette injustice que nous tentons, modestement, de réparer.

 

Capture-d’écran-2015-09-15-à-19.13.50-83x110

 

Peut-on dire que cette quatrième édition du Festival qui consacre le succès des autrices dans le domaine du roman policier est une édition «positive», car pour une fois on parle du succès et non de l’invisibilité des femmes ?

On pourrait effectivement avoir le sentiment que c’est une édition positive car les femmes dominent le genre du polar. Mais on peut s’interroger sur cette supposé domination car on ne peut que constater qu’elles se sont faites une place dans un genre qui est qualifié de mineur. On peut même parler de paralittérature.

Et si les femmes ont dominé le roman à suspense, elles sont arrivées très tard dans le roman noir car la société pensait que ce genre ne convenait pas aux femmes. Une femme ne pouvait décrire des actes de violences, des crimes … D’où le scandale lorsque Hélène Couturier et Virginie Despentes ont fait irruption dans le monde littéraire dans les années 90.

Avant Agatha Christie, il y a eu beaucoup de femmes auteures de polars, une des premières fut Anna Katharine Grenn (1) qui inventa le roman policier quasiment en même temps qu’Edgard Alan Poe. Agatha Christie est loin d’être la première. On reconnaît donc une place aux femmes auteures de romans noirs, mais on ne les inscrit pas dans l’histoire.

Vous êtes le directeur d’un Festival qui valorise les autrices vous définissez vous comme féministe ?

Oui, je suis féministe, même si je suis un homme (sourire). Je fais également partie du jury du Festival Simone de Beauvoir.

On ne naît pas femme on le devient , on ne naît pas féministe, on le devient !

Propos recueillis par Caroline Flepp 50-50 magazine

Programme 

1 Anna Katharine Green (1846-1935) est un écrivaine américaine qui fut appelée la “Mère du roman policier”. Son premier roman : Le Crime de la 5e Avenue fut vendu à plus d’un million d’exemplaires !