Brèves La lettre d’Anne Hidalgo contre le « sexisme ordinaire »

C’est à travers une lettre adressée au maire de Plessis-Robinson, et publiée sur les réseaux sociaux, qu’Anne Hidalgo déclare la guerre aux petites remarques des grands sexistes. Dans la dynamique post-affaire Baupin, la maire de Paris ne passera sous silence aucune manifestation du sexisme ordinaire en politique : « Face au sexisme, je ne me suis jamais tue et je ne me tairai jamais ». Samedi dernier, lors de l’inauguration du chantier du Grand Paris Express, le maire de Plessis-Robinson a proféré ces paroles vulgaires et injuriantes : « qu’est-ce qu’ils ont tous à se précipiter autour d’elle, tous ces mecs ? Ils sont comme Un Tel à vouloir se faire tailler des pipes par Hidalgo ». Lire la lettre d’Anne Hidalgo.