Articles récents Les trois méthodes modernes de contraception masculine

En dehors des méthodes naturelles, le coït interrompu et «l’abstinence» ainsi que le préservatif, il existe trois méthodes modernes de contraception à la disposition des hommes. La contraception masculine thermique (CMT), la contraception hormonale masculine (CHM) et la vasectomie. Vous ne les connaissez pas vraiment ? Normal, les médecins ne les prescrivent pas, les médias n’en parlent pas et les associations s’en désintéressent !

 

La contraception masculine thermique (CMT)

La température testiculaire est de 2 à 4° C en dessous de la température corporelle, c’est cette différence de température qui permet une spermatogenèse normale. La spermatogenèse est le processus de production des spermatozoïdes, qui a lieu dans les tubes séminifères des testicules.  

La méthode de contraception thermique masculine consiste à élever la température des testicules d’environ 2° C , ce qui provoque un effet inhibiteur sur la production de spermatozoïdes. L’élévation de la température est obtenue en déplaçant les testicules du scrotum dans la poche inguinale superficielle.

Les testicules sont maintenus dans cette position par le port d’un sous-vêtement spécifique qui est composé de 95% de coton et 5 % d’élastomère. Ce sous-vêtement doit être porté une quinzaine d’heures par jour.

L’efficacité contraceptive est effective au bout de deux à quatre mois de port du sous-vêtement. L’utilisation de ce sous-vêtement spécifique n’entraîne ni douleur, ni inconfort, ni lésions cutanées.

La CMT est réversible. La fécondité peut être rétablie en six à neuf mois. La durée maximale de la CMT est de quatre ans afin que la réversibilité soit possible.

L’efficacité de cette méthode a été évaluée auprès de 51 couples, elle a autant d’efficacité qu’une contraception hormonale féminine. 

La contraception hormonale  masculine  (CHM)

La contraception hormonale est immédiatement associée à la pilule prescrite aux femmes et rarement aux hommes. Pourtant depuis les premiers essais en 1972 bien des progrès ont été faits.  Ces premiers essais consistaient en injections hebdomadaires de testostérone pour faire descendre la concentration considérée normale de spermatozoïde de 20 millions et plus à moins de 3 millions.

L’idée était comme pour la pilule féminine de freiner l’activité des organes génitaux et donc de bloquer la sécrétion des gonadotrophines, hormones du cerveau agissant sur la production de spermatozoïdes ou les ovocytes.

L’injection de testostérone agit sur les gonadotrophines signalant qu’il n’y a plus besoin d’activer les testicules d’où une partie de la testostérone est produite. Il s’agit d’un effet contradictoire, puisqu’on injecte une hormone pour arrêter sa sécrétion et arrêter ainsi la spermatogénèse.

La méthode demande une injection car la testostérone et la progestérone sont dégradables par le foie quand absorbés par voie orale.

Deux méthodes ont été développées, testostérone, et testostérone avec progestatif.

L’OMS a été l’organisme le plus actif dans ce domaine de recherche.Selon ses recommandations la durée d’utilisation de cette contraception est limitée à dix huit mois.

La CHM est recommandée pour des hommes de 25 a 45 ans n’ayant pas certains antécédents (cardiovasculaires, hépatiques, cancers, d’obésité, psychiatriques, etc) ou ne consommant pas de tabac une injection d’énanthate de testostérone (ET) de 200 mg en intramusculaire une fois par semaine.

Pour être efficace il faut qu’entre un et trois mois de traitement, la concentration de spermatozoïdes soit inferieure à 1 million/ml. Si ce résultat n’est pas obtenu dans ces délais la contraception ne sera pas poursuivie.

Les améliorations sont possibles avec ajout d’un progestatif ou avec un autre androgène, l’undéconoate de testostérone qui demanderait qu’une injection toutes les 10 semaines.

Les contraceptifs hormonaux masculins semblent avoir moins d’effets secondaires que n’avaient les contraceptifs féminins au moment de leur sortie et pourtant ils restent confidentiels. Ils peuvent être : apparition d’acné, augmentation de l’agressivité et libido excessive, prise de poids, modifications de la formule sanguine (hématocrite élevée), hypertension, dépression, asthénie, aphtose, prostatite aiguë, pneumonie, syndrome de Gilbert. Ils sont apparus chez 25 des 157 hommes à qui avait été prescrit une contraception hormonale.

Ils sont toujours réversibles dans une durée de trois ou quatre mois après l’arrêt du traitement.

La prescription est limitée car contrairement aux femmes dont la santé sexuelle et reproductrice est surveillée par une seule spécialité médicale, la gynécologie, les hommes ne se font suivre qu’en cas de problèmes de santé par différentes spécialités médicales. J C Soufir (endocrinologie, Cochin), à l’origine diabétologue, un des rares prescripteurs et défenseur de la méthode hormonale de contraception, remarque la difficulté d’accès à l’information pour cette méthode.

La vasectomie

La vasectomie est une méthode définitive de contraception masculine. C’est une opération bénigne qui consiste à ligaturer les canaux déférents pour empêcher les spermatozoïdes de se mélanger au liquide spermatique. Ces deux fins canaux servent à conduire les spermatozoïdes – produits par les testicules – dans l’urètre.

La rencontre d’un spermatozoïde et d’un ovule peut entraîner la survenue d’une grossesse. En l’absence de spermatozoïde dans le liquide séminal, la fécondation n’est plus possible.

L’opération est rapide et banale et en règle générale réalisée sous anesthésie locale.

La vasectomie est efficace à quasiment 100% et irréversible.Mais il arrive parfois que les médecins soient appelés à ré-intervenir. Cette ré-intervention peut être douloureuse, elle est techniquement plus difficile et coûte un peu chère et ne réussit pas toujours.

La conservation du sperme dans une banque du sperme avant l’intervention est possible.

L’efficacité de l’opération est quasi absolue. Mais dans 2 cas sur 1000, des spermatozoïdes restent présents dans le sperme plusieurs mois après l’opération. C’est pourquoi il faut réaliser un spermogramme de contrôle. Le médecin recommande 15 à 20 éjaculations avant la première analyse de sperme

La vasectomie n’est pas une castration: les hormones responsables de la virilité ne sont pas impactées par l’opération. La vasectomie ne modifie ni le désir sexuel, ni la fréquence ni la durée des érections.

La vasectomie est extrêmement peu pratiquée en France, alors qu’en Scandinavie, aux USA et en Australie, c’est une opération largement répandue. 30 000 Belges et 500 000 Européens ont choisi la vasectomie comme moyen de contraception.

Caroline Flepp et Brigitte Marti 50-50 magazine

Article déjà publié le 5 juin 2015