Articles récents Un appel de syndicats, associations féministes, ONG et organisations de jeunesse #8mars15h40 en grève

En France, les femmes sont toujours payées 26% de moins que les hommes. Comme si elles arrêtaient chaque jour d’être payées à 15h40. Le 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, nous les appelons donc à arrêter de travailler à 15h40. Pour la première fois, associations féministes, syndicats, ONG et organisations de jeunesse appellent ensemble à la mobilisation le 8 mars, par la grève, des rassemblements et des actions sur les réseaux sociaux, pour exiger que 2017 soit enfin l’année de l’égalité.

L’objectif: faire entendre les exigences de celles qui représentent 52% de la population, à la veille de l’élection présidentielle et alors que les réactionnaires, en France, aux Etats Unis, en Russie, en Pologne ou encore en Turquie, s’attaquent aux droits et aux libertés des femmes. En 2017 nous voulons l’égalité au travail comme dans la vie, et nous portons 20 exigences précises démontrant que les femmes ne se contenteront pas de grands discours ou de promesses creuses.

Le 8 mars à 15h40, femmes et hommes sont appelé.es à se mettre en grève, se rassembler, agir sur leur lieu de travail ou de vie. Le site 8mars15h40.fr donne les outils à toutes et tous pour agir et recense les lieux de mobilisation. Il permettra aussi le 8 mars d’afficher la mobilisation en direct.

La mobilisation en France fait suite à celle des Islandaises qui se sont mises en grève le 25 octobre dernier pour dénoncer les inégalités salariales et au mouvement #7nov16h34. Elle s’inscrit dans l’appel à la grève internationale #WomensStrike, soutenu par la Confédération Syndicale Internationale et relayé dans 35 pays et notamment aux Etats Unis, en Amérique Latine, en Pologne, en Italie ou en Irlande.

Le 8 mars, ce n’est pas la journée de LA femme, où nous offrir des fleurs ou des cosmétiques, c’est la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Le 8 mars 15h40, toutes et tous dans l’action, toutes et tous en grève!
15h40, pourquoi ? 15h40, c’est l’heure à laquelle les femmes arrêtent d’être payées chaque jour, sur la base d’une journée standard (9h – 12h30/13h30 – 17h).

Les femmes sont toujours payées 26% de moins que les hommes :

●  Parce qu’elles sont 30% à travailler à temps partiel

●  Parce qu’elles sont concentrées dans des métiers dévalorisés socialement et financièrement

●  Parce qu’elles n’ont pas de déroulé de carrière

●  Parce qu’elles touchent moins de primes, d’heures supplémentaires

L’APPEL UNITAIRE

Elles étaient plus de 300 000 à manifester en Pologne pour le droit à l’avortement Elles étaient en grève en Islande pour obtenir l’égalité des salaires
Elles étaient en grève en Argentine contre les violences
Elles se sont mobilisées contre Donald Trump aux Etats-Unis

En France, elles étaient des dizaines de milliers à manifester contre la loi El Khomri, puis dans l’action le 7 novembre dernier à 16h34 pour l’égalité salariale et partout, elles continuent à se battre pour leurs conditions de travail.

Nous appelons à l’action et à la grève pour les droits des femmes le 8 mars

La journée du 8 mars ne se «fête» pas par un cadeau ou une distribution de fleurs sur le lieu de travail. Journée internationale pour les droits des femmes, elle est une journée de lutte pour l’égalité. En 2017, le contexte politique, social et économique international comme national n’offre pas de répit pour tout-es celles et ceux qui œuvrent à plus d’égalité et de justice sociale. La banalisation des idées d’extrêmes droites, la montée des conservateurs dans les élections (aux Etats-Unis, dans différents pays Européens notamment) sont des signes inquiétants pour les droits des femmes, pour les droits des populations qui fuient les guerres, la tyrannie, l’homophobie ou tout simplement la misère.

En France, le contexte social et politique avec les dernières lois (Travail, Macron, Rebsamen…), la répression du mouvement social, comme la banalisation des idées de l’extrême droite obligent nos organisations syndicales et féministes à s’allier pour contrer pied à pied leur propagande mensongère et les reculs sociaux pour les salarié-es, chômeurs/ses, précaires, étudiant-es et retraité-es.

L’égalité entre les femmes et les hommes est pour nous incontournable parce qu’elle participe du progrès social. Laisser perdurer les inégalités entre les femmes et les hommes et s’exercer les violences contre les femmes, c’est porter une responsabilité sur le fait que les idées rétrogrades et les partis qui les portent progressent. Des mesures ambitieuses avec des moyens dédiés doivent être mis en œuvre de façon urgente. Des mobilisations d’ampleur, combatives et solidaires nous permettront de les imposer.

En 2017, nous voulons que cessent enfin les inégalités au travail, en termes de salaires, d’accès à l’emploi, de carrière, de temps de travail. Nous voulons l’égalité salariale et la revalorisation des salaires dans les métiers à prédominance féminine.

En 2017, nous voulons que soit garanti le droit d’accès à l’avortement, à la contraception dont la légitimité est sans cesse remise en cause. Nous voulons un égal accès à la santé et aux services publics garants d’une égalité de traitement pour toutes et tous.

En 2017, nous voulons que cessent les violences sexuelles et sexistes à l’encontre des femmes : au travail, dans l’espace public comme à la maison.

En 2017 nous voulons des politiques volontaristes contre les stéréotypes de genre : à l’école, dans les médias, dans la vie publique et privée.

En 2017 nous voulons le partage des tâches domestiques et des services publics de prise en charge de la petite enfance et des personnes âgées dépendantes

Les femmes sont toujours payées en moyenne un quart en moins que les hommes. Ceci signifie donc que chaque jour, elles travaillent gratuitement à partir de 15h40.

Aussi, nous appelons à faire du 8 mars 2017 une journée d’actions et de grèves pour les droits des femmes.
Pour refuser le travail gratuit et exiger l’égalité professionnelle, nous appelons à des arrêts de travail à 15h40 dans toute la France et sur tous les lieux de travail.

Montrons que nos luttes sont des conditions nécessaires et indispensables pour l’émancipation des femmes et des peuples. Et montrons que nous devons toutes et tous rester solidaires, vigilantes et combatives pour renforcer nos acquis et obtenir de nouveaux droits.
Le 8 mars à 15h40 : toutes et tous dans l’action, toutes et tous dans la grève

 

LES 20 EXIGENCES

EN 2017 NOUS VOULONS

Nous représentons 52% de la population française. A la veille des élections présidentielles, alors que les réactionnaires, en France, aux Etats Unis, en Russie, en Pologne ou en Turquie, s’attaquent aux droits et aux libertés des femmes, nous nous mobilisons pour faire entendre les exigences des femmes. En 2017 nous voulons l’égalité au travail comme dans la vie, et nous portons 20 exigences précises démontrant que les femmes ne se contenteront pas de grands discours ou de promesses creuses.

EN 2017 NOUS VOULONS

1. De réelles sanctions pour les entreprises et administrations qui discriminent
2. La revalorisation des métiers à prédominance féminine (augmentation des salaires,
amélioration des conditions de travail et reconnaissance de la pénibilité)
3. Un plan de rattrapage immédiat des écarts de rémunération entre les femmes et les
hommes
4. L’égalité du montant des retraites
5. Un droit du travail protecteur pour garantir l’égalité des droits
6. La fin des discriminations (sexistes, racistes…) à l’embauche et dans les carrières
7. La fin des temps partiels de moins de 24h/semaine
8. La limitation stricte du travail le soir, de nuit et le WE.
9. La fin des CDD et temps partiels imposés
10.La réduction du temps de travail à 32h
11. La protection des femmes enceintes et le soutien de la parentalité
12.Un service public de prise en charge de l’enfance et de la perte d’autonomie
13.La fin des stéréotypes de genre et du sexisme à l’école et dans les médias
14.La mixité des filières de formation et des métiers
15.Une loi-cadre contre les violences sexistes et sexuelles au travail et dans la vie.
16.Un accès libre et remboursé à la contraception et à l’IVG sur tout le territoire
17.La Procréation Médicalement Assistée pour toutes les femmes
18.L’autodétermination des personnes trans et intersexe
19.Un statut pour les femmes réfugiées et migrantes
20.Le droit d’asile pour les femmes victimes de violences sexistes et sexuelles ou
menacées de l’être (prostitution, mutilation, violences, lesbophobie…)

Un appel de syndicats, associations féministes, ONG et organisations de jeunesse.

Syndicats: CGT, FSU, Solidaires

Associations féministes: Alliance des Femmes pour la Démocratie, Association Nationale des Études Féministes, Collectif Libertaire Anti-Sexiste, Collectif 52, Collectif Georgette Sand, Collectif National pour les Droits des Femmes, Collectif Tenon, Coordination des Associations pour le Droit à l’Avortement et la Contraception, Fédération Nationale des Femmes Africaines de France et d’Europe, Femen, Femmes pour le dire femmes pour agir, Femmes Solidaires, Féministes plurielles, Femmes Egalité, Femmes ici et ailleurs, Femmes Migrantes Debout, FIT une femme un toit, La Brigade antisexiste, Les effronté-e-s, Les Glorieuses, Ligue des Femmes Internationale pour la démocratie, Maison des femmes Thérèse Clerc, Marche Mondiale des Femmes, Nuits Féministes, Osez Le Féminisme, Paye ta Shnek, Les Chiennes de Garde, Le Mouvement des Femmes Kurdes en Europe, Le Planning Familial, Réseau Féministe Rupture, SKB.

Organisations de jeunesse et ONG: ATTAC France, LDH, Peuples Solidaires-Action Aid, MJCF, MNCP, UNEF, UNL

LES ACTIONS

De nombreuses actions sont d’ores et déjà annoncées sur 8mars15h40

Bourg-en-Bresse (01) 12h place Joubert
Gap (05) 15h40 devant le pôle universitaire 2, rue Bayard puis à 16h30 “Mannequin Challenge” Charleville (08) 17h Bourse du travail
Foix (09) 15h40 Halle de Villote
Marseille (13) 11h30 devant le Medef et manifestation départ 15h40 aux Réformés
Caen (14) 16h, place du théâtre
Angoulême (16) 12h à 18h, place Saint Martial
St Brieuc (22) 12h30 en bas de la rue St Guillaume et à 16h devant les champs.
Chartres (28) 15h40 place des Epars
Toulouse (31) 12h à 15h40 Métro Saint Cyprien et en soirée à la Bourse du travail
Bordeaux : 15h40 : grève sur le lieu de travail ou place Pey Berland : rassemblement, échanges, débat puis 18h départ en manifestation
Montpellier (34) 14h30. Village féministe place de la Comédie, action surprise à 15H40 puis audience à la Préfecture pour remettre les 20 exigences
Rennes (35) 15h place du parlement et manifestation départ 16h30
Tours (37) 15h40 place Jean-Jaurès puis manifestation
Grenoble (38) 15h40 place Felix Poulat
Blois (41) 14h30 avenue Gambetta, devant la permanence du député
St-Etienne (42) 15h40, Bourse du travail
Nantes (44) 18h, place du Bouffay (renommée Angela Davis)
Orléans (45) 17h30 devant la Bourse du travail
Clermont Ferrand (63) 15h40 à la préfecture puis 18h place de Jaude pour manifestation
Nancy (54) 14h devant la CCI, 53 r Stanislas
Tarbes (65) 15h40 place de Verdun
Strasbourg (67) 15h40 devant le Théâtre de Haute Pierre . Votation citoyenne sur les exigences des femmes et Animation de Femmes Egalité
Lyon (69) 15h40 Rassemblement place de la Comédie, puis manifestation à 18h
Paris (75) 14h place de la République (stands, débats…), action surprise à 15h40 puis départ de manifestation à 17h30 en direction d’Opéra.
Lieusaint (77) 15h40 centre commercial Carré Sénart
La Roche Sur Yon (85) 15h40. Rassemblement place Napoléon
Poitiers (86) 15h40 place de l’Hôtel de Ville
Massy (91) Rassemblement devant l’hôpital Jacques Cartier
Malakoff (92) Stands toute la journée sur la place du 11 novembre
Parvis de la Défense (92) à 11h (salarié.es de la propreté en grève pour un 13e mois)