Brèves Les vœux de la LDIF aux Iraniennes et aux Saoudiennes : en finir avec l’apartheid sexuel

Depuis plusieurs jours des manifestations se déroulent dans plusieurs villes en Iran pour dénoncer la crise économique et la corruption, mais aussi les diktats imposés aux femmes par le régime des mollahs. Tous les mercredis des femmes (et des hommes) portent un voile blanc en signe de protestation contre l’obligation faite aux femmes de porter le tchador. Voilà bientôt 40 ans que l’islam politique s’est installé à la tête de l’Iran en se parant des couleurs de la révolution affichant un modèle de société se voulant « alternatif » au modèle « matérialiste occidental ». Les femmes sont soumises à un statut humiliant de second rang.

En Arabie Saoudite, l’irruption en 2017 sur la scène médiatique du prince Mohammed Ben Salman, porteur du « projet 2030 » de diversification économique, fondée sur le pétrole, laisse espérer que l’étau ségrégationniste qui s’est refermé sur les femmes dans les années 60, pourrait se desserrer.

La ligue du droit internationale des femmes est solidaire de celles et ceux qui se révoltent contre des théocraties d’un autre âge qui ont pour ambition d’inverser les mots : « progrès » et « droits des femmes ».