Chroniques Michelin à volants fuchsia

Notre fille est née après deux grands frères. Une petite dernière et une petite première, me permettant de ne plus être la seule femme de la famille. Appréciable.

Donc, la minus a hérité des barboteuses de ses frères et a mâchouillé la même girafe, un peu décrassée. Ma haine du rose était connue dans la famille, nous avons donc évité les cadeaux de naissance à la guimauve. Toujours ça de pris. Bref, tout allait bien, elle dormait la nuit, il n’y avait plus qu’à aller lui acheter une combinaison d’hiver puisque nous n’en avions pas à la bonne taille.

J’arrive donc, innocente, demandant à la charmante vendeuse une combinaison 3 mois. Laquelle vendeuse m’interroge : « pour une fille ou un garçon ? » Ah bon ! parce que c’est important pour une combinaison de ski de 3 mois ? Et le bonhomme Michelin on connaît son sexe peut-être ?

Elle insiste.

Bon, c’est une fille. « Alors là nous en avons deux, très très jolies, patati, patata. » Tu parles : rose pastel cauchemardesque ou… fuchsia avec des volants. Oui, des volants. Sur une combinaison de ski ???

Moi : « Euh, vous n’auriez pas d’autres coloris (sous-titre : pas question que ma fille porte ces trucs super moches) ? Là, j’en vois une bleue. »

La vendeuse horrifiée : « Mais Madame, c’est une FILLE ! »

Moi : « Ben oui, mais elle est jolie la bleue. »

La vendeuse indignée : « Mais Madame vous n’avez pas honte ? Une combinaison bleue ? Mais rendez-vous compte un peu, c’est une FILLE que vous avez ! »

….

Authentique.

Donc, être parents de garçons, c’est être parents de garçons. Et être parents d’une fille, c’est faire bouclier entre elle et les combinaisons fuchsia à volants, symbole honni tout ce que les attentes sociales essayent de lui enfiler de force, j’ai bien compris ?

Pfff…

Myriam Houssay-Holzschuch

image_pdfimage_print