Contributions « Egalité professionnelle : l’entreprise a tout à y gagner»

Le label Egalité a été lancé par le gouvernement français en 2004 et s’adresse aux petites et aux grandes entreprises qui souhaitent s’engager durablement dans une démarche en faveur de l’égalité. Il est délivré par une commission paritaire puis par Afnor Certification sur la base d’un dossier d’auto-évaluation rempli par l’entreprise et soumis à ses partenaires sociaux. Le dossier de candidature est construit autour de trois grandes orientations : l’ancrage de l’égalité dans la culture de l’entreprise ; son intégration dans les processus de gestion des ressources humaines et de management ; le respect de la parentalité et de la conciliation des temps professionnel et personnel.

En 2003, une enquête menée par le Sénat démontrait que seulement 30% des entreprises en France appliquaient la loi sur l’égalité professionnelle du 9 mai 2001, dite loi Génisson. Cette loi prévoit l’élaboration d’un rapport de situation comparée, sur la base d’indicateurs : emploi, formation, rémunérations, conditions de travail, qui doit servir de base à la négociation d’un accord d’entreprise.

Inquiète de ce constat, la ministre en charge de l’Egalité professionnelle, Nicole Ameline, avait retenu l’idée de l’association Arborus d’un label pour l’égalité professionnelle.

Il faut noter que cette situation n’a guère évolué malgré la loi de 2006 sur l’égalité salariale puisque la loi sur les retraites de 2010 redemande aux entreprises de satisfaire à ces obligations.

L’élaboration du cahier des charges a été confiée à Arborus. L’association assure la promotion du label en France et en Europe et anime depuis 2006 le Club du label Egalité, qui permet aux entreprises d’évaluer leurs pratiques et de créer une culture de ressources humaines commune en matière d’égalité entre les femmes et les hommes dans l’entreprise.

D’ailleurs, forte de cette expérience, certaines entreprises françaises labellisées ont souhaité disposer d’un outil de pilotage à l’échelle européenne et mondiale. En 2010, le fonds de dotation Arborus a été lancé avec Orange, BNP PF, L’Oréal, PSA, Randstad, General Electric, dans le but se doter d’un standard européen et international : le Gender Equality-European Standard, délivré par le leader mondial de la certification Bureau Veritas.

Des enjeux économiques fondamentaux

La réduction de la population active et les tensions prévisibles sur le marché du travail, les nouvelles attentes des salariées, un environnement de plus en plus compétitif et international, rendent la question de la place des femmes dans l’entreprise, et notamment dans les sphères de décision, de plus en plus importante.

S’engager dans une dynamique d’égalité représente un facteur de succès pour la stimulation de la performance globale : on sait que la mixité est source de richesse et augmente la compétitivité.

De plus, l’apport d’une vision féminine dans l’entreprise constitue un facteur de changement de la culture et des valeurs de l’entreprise et d’innovation sociale.

Enfin, l’égalité professionnelle est devenu un des critères de la notation sociale des entreprises.

De même, sur le plan institutionnel, l’entreprise a tout à gagner : en termes de dynamisation de son image auprès de ses clients, qui sont devenues majoritairement des clientes, et auprès de nouveaux talents à recruter. Sur le plan interne, l’égalité professionnelle contribue à fidéliser ses salarié-s-s et contribue à la cohésion d’équipe et à l’amélioration globale des conditions de travail de l’ensemble des salariés, hommes et femmes confondus.

Enfin, l’égalité professionnelle est un facteur supplémentaire d’optimisation des ressources humaines et cela tout au long du processus de la gestion des ressources humaines (GRH) : recrutement, formation, promotion, évaluation…

Elle croise ainsi la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC).

Mais s’engager dans une démarche d’égalité ne s’improvise pas, c’est pourquoi le dossier de labellisation propose une méthodologie fondée sur le consensus et l’appropriation individuelle du concept de l’égalité, en lien avec les partenaires sociaux.

Cristina Lunghi, fondatrice de l’association Arborus