Culture « Sur la planche » : survivre à Tanger

Détail de l'affiche du film "Sur la planche"

Détail de l’affiche du film Sur la planche.

Sorti en salles le 1er février, Sur la planche est un film qu’on se doit nécessairement de voir quand on est engagé dans la lutte pour les droits des femmes, pour la première raison que certains de nos combats, à côté des leurs, ressemblent à de gentilles réunions Tupperware.

Car les quatre jeunes filles qui habitent cette pellicule se débattent sans relâche, simplement pour démontrer leur droit d’exister par elles-mêmes dans un monde où les hommes dirigent tout. Dans le Tanger que filme Leïla Kilani, pour une jeune femme non mariée qui a quitté sa campagne pour travailler en ville, survivre constitue en soit une certaine audace.

Et cette audace, on la paie en se privant de sommeil, en enchaînant deux boulots, en louant des mansardes minables et sans eau, en gobant un mélange d’aliments indescriptibles, et évidemment, en se débrouillant avec la légalité…

Les hommes sont peu présents dans le film de Leïla Kilani : figurants quasi sans répliques, on oublie leur visage aussitôt. Pourtant, au sein du film, ils sont autant d’empereurs en leur royaume : ce sont les hommes qui conduisent, c’est un homme qui contrôle l’activité des milliers d’ouvrières de l’usine, et un autre qui aurait le pouvoir de vous faire passer de l’usine de conditionnement de crevettes aux usines textiles…
Et puisque argent et pouvoir passent par les hommes, nos quatre protagonistes pensent donc qu’il va falloir nécessairement en passer par eux.

Voir la bande annonce :

Dans cette lutte pour la vie de 107 minutes, le spectateur ne peut traverser le film qu’en apnée face à la fulgurance des odeurs et même des saveurs rendues par Leïla Kilani. Le réalisme est si bien maîtrisé que vous serez au défi de ne pas sortir de la salle sans avoir dans le nez un relent entêtant de crevette, de surcroît au bilan carbone bien lourd (*).

La marge comme principe économique

Il faut reconnaître à la réalisatrice un sens du casting impeccable, et d’autres belles surprises, comme le traitement ultra-naturaliste de Tanger et de ses usines remplies à craquer de jeunes filles décortiquant nos crevettes Picard ou taillant nos pantalons Zara à raison de douze heures par jour.

Affiche du film "Sur la planche"La meilleure surprise, cependant, reste Badia.
Tout ce qui a été évoqué auparavant se transforme en décor sans importance face à la force de son caractère.

Alors qui est Badia ?
Une jeune fille qui, à première vue, n’avait pas grand chose pour elle. Ni la grâce physique qu’ont ses acolytes, ni famille, ni alliés.
Elle recèle pourtant quelque chose que les autres n’ont pas : Badia a le Verbe.

Badia transfigure la langue arabe en une arme affûtée, et en ce sens, elle n’a rien de commun avec les autres filles qui existent et survivent autour d’elle.

Habitée, Badia sur-existe, elle bouillonne. Et ceci dans un corps qu’elle ne semble pas accepter pour sien et qu’elle lave d’ailleurs de manière obsessionnelle.

Badia a bien compris : les codes sont stricts alors il faut savoir se glisser dedans, enfiler sa djellaba au bon moment, faire ce qui est attendu, et rogner ce qu’elle peut. C’est là son principe économique de base : la marge.

Et comme elle le psalmodie dans sa litanie de la survie :

« je ne vole pas, je me rembourse,
je ne cambriole pas, je récupère,
je trafique pas, je commerce,
je ne me prostitue pas, je m’invite,
je ne mens pas, je suis déjà ce que je dis,
je suis juste en avance sur ma propre vérité. »

Tout se joue sur la planche, tout se joue sur le bord, exactement en équilibre entre ivresse et terreur.

Mais c’est la terreur qui l’emporte et qui s’imprimera durablement sur nos rétines. Une terreur qui s’exprime magnifiquement à travers les yeux d’Imane, par un minutieux gros plan qui ne perd pas une miette de son effondrement intérieur.

Un instant glaçant qui a lui seul résume toute l’horreur de cette condition féminine à Tanger : celui où l’on comprend qu’à ce niveau de survie, même l’amitié est devenue un bien qu’on ne peut plus s’offrir.

Terry Dupont – EGALITE

(*) Pêchée en Scandinavie, dépiautée au Maroc, emballée aux Pays-Bas, envoyée en bas de chez vous…