Culture « Des espoirs de femmes », le pari de l’avenir après les violences

© Pierre-Yves Ginet

© Pierre-Yves Ginet

Comme chaque année, le conseil général de la Haute-Garonne offre aux nombreux visiteurs de l’exceptionnel site historique de Saint-Bertrand-de-Comminges, aux pieds des Pyrénées, une grande exposition photographique, rassemblant deux reportages. La programmation 2012 propose de rentrer au cœur de la vie de femmes de plusieurs pays qui ont subi des violences, pour saisir et comprendre une période de leur existence, dans toute sa complexité.

Affiche de l'exposition "Des espoirs de femmes"« Des espoirs de femmes » témoigne surtout de la capacité des femmes à faire encore, malgré les violences dont elles ont été victimes, le pari de l’avenir. Elle met en valeur, loin des clichés habituels sur les victimes, le combat pour l’intégrité, la survie, la restauration du lien maternel et des rapports sociaux. Les femmes de l’exposition livrent une leçon de courage et de ténacité, face aux violences aveugles et inhumaines dont elles ont été « l’objet ».

Le premier reportage, de Martina Bacigalupo, de l’agence VU, a été présenté dans le cadre du festival de photo-reportages Visa pour l’image à Perpignan, où il a reçu le prix Canon de la femme photo-journaliste de l’année 2010. Martina Bacigalupo, photographe italienne, nous y dévoile le quotidien de Francine, femme du Burundi mutilée par son beau-frère à la mort de son mari, dans son combat de chaque jour pour reconquérir son autonomie.

[nggallery id=62]

Le second reportage, signé Pierre-Yves Ginet, porte sur le long chemin de femmes victimes de violences conjugales, mais également sur le travail des associations qui les accompagnent dans leur « reconstruction », personnelle et sociale. Ce reportage « Vous ne pouvez pas rester comme ça, madame… De l’urgence à l’indépendance, pour sortir des violences conjugales », est présenté pour la première fois en intégralité au public.

[nggallery id=63]

L’un et l’autre des photo-reportages proposés nous invitent ainsi à partager un regard juste sur des êtres que l’on a voulu nier et qui se battent. Ce faisant, ils en restituent la dignité et en restaurent l’identité. Un hymne magnifique pour les femmes et plus généralement pour l’humain, capable toujours de se reconstruire, de se réinventer et de renaître.

Jusqu’au 30 septembre 2012
Saint-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne)
Les Olivétains et ancienne gendarmerie
Entrée gratuite

Renseignements et informations pratiques sur le site du conseil général.

Caroline Flepp – EGALITE