Articles récents «Après la Pluie»: le premier Festival Ecoféministe organisé en France

Rendez-vous le 29 juin pour le premier festival écoféministe, «Après la Pluie». Organisé par le collectif les Engraineuses à la cité Fertile à Pantin, un lieu en total accord avec l’état d’esprit du festival. Lors de cet événement vous pourrez découvrir l’activisme qui lie écologie et féminisme, tout en sirotant une bière artisanale.

Le collectif des Engraineuses est une association dirigée par trois femmes au parcours différents, qui se retrouvent dans leurs valeurs alliant féminisme et développement durable. Solène Ducretot est réalisatrice et journaliste, Amélie Cornu a, elle aussi, plusieurs casquettes: autrice, comédienne, ingénieure et designer. Quant à Alice Jehan elle est une fervente actrice de l’économie sociale et solidaire, engagée depuis ses années étudiantes.

Toutes trois se sont données la mission de trouver des actions concrètes au service de la planète mais aussi d’agir sur la représentation et l’émancipation des femmes dans la société, les médias ou la culture. Les trois militantes sont en contact avec de nombreux lycées avec pour objectif d’impacter la jeunesse sur leur vision des femmes, elles participent à la création de courts-métrages et la mise en avant des talents féminins, notamment depuis leur festival «Le Vent tourne» (1) en 2018.

Relier nature et féminisme

Ces activistes veulent montrer la relation entre l’exploitation des femmes et celle de la planète, car, d’après Alice Jehan, il existe «deux oppressions majeures: celle des femmes par les hommes, et celle que nous exerçons sur la nature. Ce sont deux constructions extrêmement vieilles où les femmes ont joué un rôle très intéressant, ce sont elles les plus investies dans leur écosystème afin de trouver des solutions aux problèmes de réchauffement climatique.»

Les Engraineuses décrivent l’écoféminisme comme étant une diversité d’actions menées, un mouvement d’une grande richesse qui le rend difficile à classer, avec un «fort aspect spirituel» où le bien-être a une place importante.

Pour Alice Jehan, l’objectif du festival «est de faire découvrir au grand public l’écoféminisme» en proposant «différents axes de découvertes pour plaire au plus grand nombre.»

Au programme du festival

Lors du festival, on pourra s’informer sur les origines de l’écoféminisme, sur l’écosystème des femmes face aux changements climatiques, avec, en intervenante, Marion Cheygnaud, lauréate 2019 du prix Terre de femme. Les enjeux de ce mouvement à l’aube d’une transition écologique, feront également partie des différents thèmes évoqués. Un plateau média est attendu, où plusieurs intervenantes parleront de leur parcours mais aussi de différentes interrogations comme l’impact du zéro déchet sur la charge mentale ou la place de la cause animale dans l’écoféminisme.

L’actrice et autrice Lénie Chérino de la chaîne «professeur feuillage» interviendra pour répondre à la question:  «Comment devenir écolo sans devenir chiant ?» Des ateliers sont organisés pour s’ouvrir aux plantes médicinales et à l’aromathérapie, qui met les huiles essentielles au centre du traitement, ou découvrir le féminin sauvage en compagnie de Catherine maillard, co-autrice d’un ouvrage pour s’éveiller à cette pratique.

Et comme l’écoféminisme est un «mouvement extrêmement créatif» pour Alice Jehan, des performances artistiques sont prévues tout au long de la journée, des lectures écolo musicales, une pièce de théâtre joué par la compagnie Ad Chorum. Avec des séances de yoga pour repartir encore plus détendu.es.  

A la suite de cette première édition, qualifié de «première plongée» dans l’écoféminisme par Alice Jehan, le collectif souhaite continuer toute l’année à explorer ce mouvement avec d’autres événements.

 

Louna Galtier 50-50 magazine

 

(1) “Le Vent Tourne” est un programme destiné à mettre en avant les femmes dans le milieu de l’audiovisuel, qui s’est transformé en festival à la Bellevilloise en 2018.

 

Le Festival “Après La Pluie” se déroulera de 12h à 23h30 à la Cité Fertile ,14 Avenue Edouard Vaillant à Pantin.

 

L’équipe de 50-50 magazine aura son stand au Festival. Au programme : dictée inclusive, time’s up féministe et d’autres surprises…

Imprimer cet article