Articles récents \ Culture \ Théâtre A Avignon, le spectateur est une spectatrice

Dans les rues d’Avignon déambule une foule féminine en quête d’émotions. Programme en bandoulière. Le programme du Off : un indispensable de poids (près de 900 g) ! En 2017, deux «spectateurs » sur trois étaient des femmes.

Le Festival d’Avignon; ou « In » pour les initiés, qui fête cette année sa 73e édition, s’achève le 23 juillet… Mais la grande fête du théâtre, elle, continue jusqu’au 28 juillet avec le Off. Elle attire un public fort nombreux et qui semble se féminiser davantage d’année en année. Dans les rues, aux terrasses des cafés, dans l’un des 139 lieux (dont 124 théâtres) dédiés au spectacle vivant, partout, les spectatrices sont majoritaires. L’enquête sur le public du Off donnait, en 2009, 61% de femmes pour 39 % d’hommes… Dans l’enquête 2017, la part des femmes a encore augmenté (64,5%) tandis que celle des hommes a diminué (35,5%).

Ce que l’on sait des spectatrices/spectateurs, c’est que plus de la moitié d’entre elles/ eux sont cadres de la fonction publique ou occupent des professions intellectuelles et artistiques (21,20%), ou encore des professions intermédiaires de l’enseignement, de la santé, de la fonction publique et assimilée (13,00%) ou bien sont retraité.es (16,70%). Autant de tranches socio-professionnelles très féminisées. « La répartition femmes/hommes des publics du festival OFF d’Avignon reproduit celle que l’on peut observer au niveau national en termes de pratique du spectacle vivant » écrivent les auteur.es de l’enquête.

Plus globalement, selon les chercheur.es, Philippe Coulangeon et Yannick Lemel qui analysaient en 2009 les «pratiques culturelles et sportives» des Français.es, «les femmes ont, toutes choses égales par ailleurs, une propension plus forte que les hommes à privilégier les loisirs cultivés par rapport aux loisirs sportifs ou au rapport privilégié à la télévision.»

Du spectacle en veux-tu en voilà !

Les femmes sont aussi, et de très loin, plus lectrices que les hommes. Elles lisent plus de livres en moyenne et sont beaucoup moins nombreuses à ne jamais lire. Ça tombe bien car, pour se repérer dans le Off, l’outil indispensable, c’est LE programme, rouge cette année. Cet annuaire de 472 pages recense, par théâtre, les 1592 spectacles donnés par 5920 artistes, soit 1457 metteuses/metteurs en scène et chorégraphes et 4463 interprètes. On ne saura pas si celles/ceux qui font le spectacle sont plutôt des femmes ou des hommes. La donnée se semble pas intéresser les organisatrices/organisateurs; les chiffres ne figurent nulle part et aucune réponse n’a été donnée à notre demande.

La spectatrice-type, qu’elle soit jeune (seulement 4,70% des spectatrices/spectateurs ont moins de 26 ans, hélas), dans la force de l’âge (pour moitié entre 46 et 65 ans) ou retraitée (un quart de plus de 65 ans), porte «son» programme en bandoulière. Et s’organise un emploi du temps à sa façon, téléphone mobile à l’oreille. Certaines, souvent des Avignonnaises, se chargent, bénévolement évidemment, de la promotion des spectacles qu’elles ont aimés. L’occasion d’échanger des émotions, des impressions, des informations…

D’autres, chargées d’enfants, naviguent entre les 159 spectacles jeune public proposés cette année. Et franchement, le lieu est idéal pour les enfants ou les ados. Les rues sont pour l’essentiel rendues aux piétons et regorgent d’animations en tout genre, mini-spectacles, défilés, parades avec «tractages».

Et si le théâtre (classique, humour, café-théâtre) compose l’essentiel de la programmation (1236 spectacles), les jeunes peuvent aussi être attiré.es par des spectacles musicaux (141), de danse (56), de mimes, marionnettes ou magie (50), de cirque (50), de poésie (29)… Qui plus est, l’occasion est belle de s’offrir un voyage immobile ; car si la plupart des compagnies sont françaises, nombre d’entre elles viennent d’ailleurs, Europe surtout (plus de cent troupes) mais aussi Asie (une vingtaine), Amérique (4 des USA, 2 du Canada et 1 du Mexique) ou Afrique (2 seulement, du Burkina Faso).

En 2017, la moitié du public a vu entre 8 et 19 spectacles… aux extrêmes, quelques «festivalier.es» n’ont vu aucun spectacle (0,40 %) tandis que 5,20 % ont assisté à 30 spectacles ou plus.

Picoreuse ou boulimique, chacune spectatrice, sans doute, y a trouvé son compte !

 

Sylvie Debras 50-50 magazine

 

 

Imprimer cet article