Brèves La FIFA tenue responsable de la mort de Sahar Khodayari

Sahar Khodayari, jeune iranienne fan de football, s’est immolée par le feu début septembre. Elle a désigné comme responsables de son geste désespéré la FIFA et la Confédération Asiatique de Football, ainsi que leur président : Gianni Infantino et Sheikh Salman bin Ebrahim Al Khalifa. La jeune femme a pris sa décision en apprenant que le Tribunal Révolutionnaire allait la condamner à deux ans de prison pour «s’être livrée à un acte délictueux en étant apparue en public sans hijab» et pour « avoir insulté des agents publics.»

Arrêtée en mars dernier, Sahar Khodayari était poursuivie pour avoir voulu entrer dans le stade Azadi de Téhéran déguisée en homme afin d’assister à un match de football. Depuis 1979, date de la révolution islamique, les Iraniennes sont interdites de stade.

Le président de la FIFA s’est contenté d’exprimer des regrets, dénonce la Ligue du Droit International des Femmes (LDIF). Il n’a pas pris la décision que beaucoup attendent de lui : exclure l’Iran de toutes les compétitions internationales.

Cet événement tragique renforce la détermination de la LDIF à dénoncer la passivité des instances dirigeantes sportives face à l’apartheid sexuel institutionnalisé, imposé au nom de diktats religieux d’un autre âge. La LDIF a ainsi adressé une lettre ouverte au président du Comité d’Organisation des Jeux de Paris 2014, avec le soutien de 350 personnalités et plus de 100 associations.

Imprimer cet article