Articles récents \ DÉBATS \ Contributions La contraception, encore une affaire de femmes

Le hastag #PayeTaContraception, lancé par Sabrina Debusquat, autrice des livres J’arrête la pilule (2017) et Marre de souffrir pour ma contraception (2019), a permis de donner la parole aux femmes sur leur vécu en rapport avec la contraception et de visibiliser les difficultés que celle-ci entraîne bien souvent. Les témoignages qui ont afflué font état de douleurs, de nombreux problèmes de santé, et souvent de parcours longs et semés d’embûches pour trouver une contraception supportable et adaptée. Ainsi, on observe depuis quelques années un recul de l’utilisation de la pilule contraceptive chez les Françaises, particulièrement les femmes de 25 à 29 ans.

Un autre ressenti se dégage presque systématiquement : celui d’un manque d’écoute de la part du personnel soignant. Beaucoup de témoignages racontent comment des gynécologues ont refusé d’adapter leurs prescriptions de contraception aux demandes des femmes, ont minimisé leurs douleurs et leurs craintes ou ont nié l’existence d’effets secondaires manifestes sur leur santé.

La médecine moderne s’est en effet structurée autour d’un rapport hiérarchique dans lequel le médecin est le «sachant», ce qui implique que les patient.e.s sont mis.es en situation d’infériorité et que les soignants n’apprennent pas nécessairement à expliquer leurs actes, à s’informer sur le ressenti des patient.e.s et à adapter la prescription à leurs besoins.

L’ensemble des témoignages partagés permet de mettre en lumière le caractère systémique de ces expériences douloureuses, et au-delà des situations individuelles, un phénomène structurel, de déresponsabilisation des hommes vis-à-vis de la contraception et de désintérêt global pour la santé et le bien-être des femmes.

Cependant, puisque la conquête du droit à la contraception a été un tournant si décisif dans la lutte pour les droits des femmes, critiquer ses effets secondaires est souvent mal vu, comme si l’on ne pouvait avoir le choix qu’entre se contenter de la contraception telle qu’elle existe actuellement, malgré les réels problèmes qu’elle peut entraîner, ou ne pas avoir de contraception du tout.

Au sein du corps médical, le discours dominant est que les contraceptions hormonales non seulement n’ont pas d’effet négatif sur la santé, mais encore qu’elles soignent des maladies, voire qu’elles aident les femmes à « se réguler », comme si leur corps devait être apprivoisé par des dosages d’hormones pour fonctionner normalement. Les rapports du CNGOF (Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français) par exemple ne cachent pas un parti pris assumé, en qualifiant les risques de dépression, chute de libido, etc. de «fausses inquiétudes et idées reçues» et affirmant que la pilule contraceptive «pourrait même contribuer à sauver des vies».

Face au discours dominant, qui est rabâché aux soignants tout au long de leur formation et de leur carrière, les voix discordantes peinent à se faire entendre, alors qu’elles soulèvent des problématiques importantes.

Tout d’abord, la contraception représente une charge mentale conséquente, avec une prise tous les soirs à heure fixe dans le cas de la pilule, la prise de rendez-vous réguliers pour la prescription ou le suivi chez un.e gynécologue ou un.e sage-femme, le rachat de contraception à échéance, etc. Cette charge mentale incombe systématiquement aux femmes, en l’absence de méthodes contraceptives accessibles aux hommes.

La contraception représente également une charge financière, puisque la plupart des contraceptions ne sont pas remboursées, à savoir : la plupart des préservatifs masculins, les préservatifs féminins, la plupart des pilules, les anneaux vaginaux, patchs contraceptifs et spermicides. Certaines contraceptions sont remboursées à 65 % par la Sécurité sociale (certaines pilules, le stérilet et l’implant contraceptif). Pour une même contraception, il existe des écarts de prix importants d’une pharmacie à l’autre. Par exemple, pour la pilule Diane 35, les prix peuvent aller de 7,50 euros à 36,70 euros pour un peu moins de trois mois de traitement.

La contraception a enfin un impact bien réel sur la santé et le bien-être des femmes. Les contraceptions hormonales entraînent quantité d’effets secondaires, dont certains sont graves, quoique relativement rares : hausse significative des risques de dépression, augmentation du risque de cancer du col de l’utérus, augmentation du risque d’accident cardio-vasculaire (concernant les pilules oestroprogestatives), augmentation du risque d’embolie pulmonaire et d’accident artériel. En outre, les hormones contraceptives sont reconnues comme étant des perturbateurs endocriniens puissants,

D’autres effets secondaires des contraceptions hormonales sont beaucoup plus courants : crises d’acné, prise de poids importante et rapide, douleurs, migraines, diminution voire disparition de la libido, fatigue, chute de cheveux, etc. Face au manque d’alternatives viables à la contraception hormonale, les femmes se retrouvent souvent obligées de choisir entre les effets secondaires qu’entraînent les différents modes de contraception, et de s’en contenter.

Cette charge et ses effets incombent systématiquement aux femmes dans la mesure où la contraception masculine est aujourd’hui très peu développée. Exception faire des préservatifs masculins, dont la conception n’a pas été améliorée depuis leur création alors qu’elle est loin d’être optimale, aucune contraception ne leur est proposée. La vasectomie, ou stérilisation masculine, n’est utilisée qu’à la marge, généralement par des hommes de plus de 50 ans. Contrairement aux femmes, dont la santé sexuelle est suivie par des gynécologues tout au long de leur vie, la majorité des hommes n’a jamais consulté un andrologue, ce qui peut d’ailleurs retarder la détection de maladies et infections sexuellement transmissibles.

De rares recherches se penchent depuis quelques années sur le développement d’une pilule contraceptive pour hommes. L’une d’elles avait été abandonnée en 2016, parce que les sujets avaient développé des effets secondaires, à savoir des crises d’acné, des troubles de l’humeur et des douleurs, effets secondaires dont les femmes sous contraception hormonale font l’expérience depuis qu’elles existent. Ces recherches ne reçoivent d’ailleurs pas suffisamment de financements pour aboutir.

De plus, il existe des résistances de la part de nombreux hommes au fait de porter des préservatifs, au motif notamment d’une diminution du plaisir sexuel. Une pratique appelée le «stealthing» avait d’ailleurs connu une médiatisation suite à une étude d’Alexandra Brodsky, qui cherchait à qualifier juridiquement cette pratique au sujet de laquelle elle avait collecté de nombreux témoignages. Il s’agit, pour le partenaire masculin, de retirer le préservatif pendant la pénétration, sans en informer son ou sa partenaire (et donc, sans son consentement). Cette pratique s’apparente de fait à un viol, puisqu’il y a pénétration non protégée par surprise.

Concernant la contraception, les hommes (ayant des relations sexuelles avec des femmes) sont déresponsabilisés, comme si la possibilité d’une grossesse ne les concernait pas. En attendant le développement des contraceptions masculines, les hommes ayant des relations hétérosexuelles peuvent pourtant déjà prendre part à la gestion de la contraception, en proposant à leur partenaire de prendre en charge la moitié du prix de la contraception, de l’accompagner aux rendez-vous gynécologiques si elles le souhaitent, de régler une alarme au moment de la prise de la contraception pour leur rappeler, etc.

Il existe un réel manque d’information sur les différents modes de contraception existants, ainsi que des fausses notions, dont certaines sont partagées par une partie du corps médical, comme l’idée que le stérilet ne peut pas être posé sur une femme nullipare (n’ayant pas eu d’enfants), ou qu’il est nécessaire de faire des frottis tous les ans.

Le médecin Martin Winckler, parrain du projet «Sexisme, pas notre genre» explique que beaucoup de gynécologues pratiquent des actes non-nécessaires, comme les examens gynécologiques ou les examens des seins à chaque renouvellement de prescription contraceptive. Les frottis de dépistage du cancer du col de l’utérus sont également superflus avant 25 ans selon lui, après quoi il est inutile d’en faire plus d’un tous les trois ans. Il insiste en outre pour que le choix de la contraception soit fait librement par les patientes, une fois informées de toutes les options qui se présentent à elles, et non imposé par les soignants.

La contraception touche à plusieurs enjeux essentiels et imbriqués : la santé et les droits des femmes, le rapport de la société au corps, les relations entre soignant.es et patiente.s en médecine, et l’égalité entre les femmes et les hommes. Une prise en charge efficace de ces enjeux suppose des évolutions importantes dans la société, et un soutien effectif des pouvoirs publics.

Plusieurs efforts restent à faire : afin de minimiser les effets secondaires de la contraception qui pèsent sur les femmes et dégradent leurs conditions de vie et leur santé, il est primordial de financer des recherches sur les contraceptions, féminines et masculines, hormonales et non hormonales. Un travail d’information et de conscientisation doit également être entrepris, pour les filles comme pour les garçons, dans la mesure où les efforts de sensibilisation qui sont actuellement réalisés ne permettent pas une co-responsabilisation efficace des garçons et des hommes.

Julie Papon-Bagnès,

Article publié dans le Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles Infos

Le 26 septembre, est la Journée mondiale de la contraception

Photo de Une: illustration de la campagne La meilleure contraception c’est celle que l’on choisit du planning familial

Imprimer cet article