Articles récents \ Monde \ Afrique Ndèye Fatou Kane : “Je voudrais insister sur la pluralité du féminisme en Afrique”

Amoureuse de la littérature, blogueuse depuis 10 ans, autrice, Ndèye Fatou Kane est une féministe sénégalaise engagée. Son dernier livre, Vous avez dit féministe ? est né à la suite d’un constat : le désintéressement de la jeune génération pour les luttes féministes. Le livre incorpore les thèses de quatre femmes de lettres et féministes que sont Chimamanda Adichie, Simone de Beauvoir, Awa Thiam et Mariama Bâ. Aujourd’hui, Ndèye Fatou Kane fait de la recherche à l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) en études sur le genre. Ses recherches portent sur l’intersectionnalité et la construction des masculinités au Sénégal. Elle vient de collaborer, avec 23 autres chercheuses, à l‘ouvrage Féminismes dans le monde, 23 récits d’une révolution mondiale.

Quelle compréhension avez-vous du concept d’intersectionnalité ?

Le concept d’intersectionnalité, même s’il est souvent relié à Kimberlé Crenshaw, chercheuse et théoricienne de la critical race theory (théorie critique sur la race) états-unienne, j’ai tendance à effectuer une rétrospective historique quand je parle de ce concept et de le ramener à Sojourner Truth. Ancienne esclave devenue abolitionniste, Sojourner Truth s’illustre dans la lutte pour l’affranchissement de ses congénères encore sous le joug de la captivité et jette les bases de l’intersectionnalité. L’argument majeur autour de cette théorie réside dans le fait que la race, en lieu et place d’être un élément biologiquement construit, est une construction sociale. L’affaire ayant opposé Emma Degraffenreid et un groupe de femmes noires à l’entreprise General Motors (1) permet d’en saisir l’acuité.

Féminisme et intersectionnalité vont-ils de pair ?

L’intersectionnalité est à la base un concept utilisé dans un cas pratique juridique. Mais comme c’est une théorie mouvante, des féministes afro-américaines telles que Bell Hooks, ou encore Patricia H. Collins ont eu à l’utiliser dans leurs recherches et écrits pour critiquer le féminisme blanc états-unien et l’opposer à l’invisibilité dont elles souffraient de la part des féministes blanches. Je pense donc que féminisme et intersectionnalité peuvent totalement aller de pair.

Existe-t-il un féminisme intersectionnel en Afrique de l’Ouest, plus précisément au Sénégal ? Dans quel contexte naît-il ?

Dans la première partie de ma recherche, j’ai réfléchi à la pénétration du concept d’intersectionnalité dans le féminisme sénégalais. Je voudrais insister sur la pluralité du féminisme en Afrique. Parlons donc de féminismes africains au pluriel …

Pour parler de féminisme intersectionnel, je me suis demandée pourquoi féminisme et intersectionnalité n’ont jamais été des entités qui se sont croisées tout au long de l’histoire au Sénégal. Alors que déjà en 1978, Awa Thiam, dans La parole aux négresses, son essai d’anthologie, théorisait une certaine forme d’intersectionnalité. Dans son livre, Awa Thiam effectue une analyse sociologique croisée des souffrances endurées par les femmes africaines. Une décennie après les indépendances, les femmes africaines peinent encore à sortir du joug du patriarcat, malgré les promesses d’autonomie.

En les croisant en fonction des zones géographiques, nous pouvons ainsi voir que La parole aux négresses, avant que l’intersectionnalité ne soit érigée en concept et codifiée comme cadre légal et juridique par les féministes afro–américaines dont Kimberlé Crenshaw, fut un concept novateur pratiqué en Afrique par Awa Thiam, via La parole aux négresses. Pouvez-vous nous parler du mouvement Yeewu Yeewi ? A-t-il joué un rôle dans la construction d’un féminisme intersectionnel ?

Yeewu Yeewi est est le premier mouvement féministe sénégalais structuré. Créé en 1984, il naît dans un contexte post-indépendance sénégalais durant lequel les femmes sénégalaises ont pris conscience qu’il était temps de changer de paradigme, de durcir le ton et de se positionner par rapport à la société qui ne voyait les femmes que comme mères, sœurs et épouses. La puissance du mouvement Yeewu Yewwi réside dans le fait qu’il fut le premier dans le paysage sénégalais à s’être donné une approche féministe. Et en sus des actions de terrain, la rédaction d’articles dans son magazine Fippu portant sur les femmes sénégalaises et leur devenir dans la société, achèvent de faire de Yeewu Yeewi une expérience qui a marqué des générations de féministes.

Pour finir avec le lien entre Yeewu Yeewi et et intersectionnalité, en sortant un peu du cadre sénégalais et allant voir ce qui se faisait ailleurs, Yeewu Yeewia a effectué une quantité de voyages notamment au Burkina Faso à l’invitation du Président Sankara, acquis à la cause féministe. Réfléchissant sur les points de convergence entre femmes sénégalaises et burkinabés, les initiatrices de Yeewu Yeewi étaient déjà bien avancées pour leur époque. 

Alexandra Koffi 50-50 magazine

1 En 1976, en groupe de femmes noires décide d’intenter un procès contre General Motors : c’est l’affaire appelée Emma Degraffenreid VS General Motors. À l’origine du différend, le mécontentement de ces femmes noires face aux politiques de l’entreprise qui discriminent clairement les femmes noires. La justice a débouté la plainte, peinant à considérer l’intersection entre la race et le sexe, oppressions auxquelles étaient soumises les plaignantes.

Ndèye Fatou Kane Le malheur de vivre Ed. L’Harmattan, 2014

Ndèye Fatou Kane Vous avez dit féministe ? Ed. L’Harmattan, 2018

Féminismes dans le monde 23 récits d’une révolution mondiale.  Ed. Textuel, 2020

Awa Thiam La parole aux négresses Ed. Denoël, 1978

Blog de Ndèye Fatou Kane

print