Brèves L’éducation à la vie affective et sexuelle est un apprentissage fondamental !

 

Aujourd’hui, suite à la crise liée au Covid-19, l’accès à ce droit fondamental risque d’être restreint. Le Planning familial lance une campagne de communication co-construite avec les jeunes militant.e.s pour rappeler que l’éducation à la sexualité est un apprentissage essentiel au même titre que d’autres matières des programmes scolaires et que l’application de la loi doit rester une priorité pour le personnel éducatif.

“L’éducation à la sexualité, ça nous apprend à vivre” (parole d’élève de 3e)

L’éducation à la vie affective et sexuelle est un apprentissage fondamental, qui doit être inclus dans le cursus scolaire à tous les niveaux. C’est d’ailleurs ce que prévoit la loi Aubry de 2001, qui a été réaffirmée en 2018 par la circulaire Schiappa, à raison de 3 séances d’éducation à la sexualité par an et par niveau, dès le plus jeune âge. C’est encore un des objectifs du Parcours éducatif en santé, instauré en 2016, qui rappelle l’importance de la prévention et de l’éducation à la santé et l’égalité entre les sexes. Garantir des espaces d’expression et de questionnement animés par des personnes formées est indispensable pour que les jeunes puissent bénéficier d’informations concernant leur santé, leur bien-être, et le fonctionnement de leur corps et pour vivre des relations affectives et sexuelles désirées et consenties. Ainsi l’éducation à la sexualité favorise l’autonomisation et l’émancipation de tou.te.s.

Une éducation à la sexualité, oui, mais une éducation à la sexualité inclusive !

Les jeunes que nous rencontrons nous le disent : l’éducation à la sexualité est importante pour elles et eux, et ils et elles regrettent de ne pas en bénéficier plus régulièrement dans leur parcours scolaire. 58 % des collégien.ne.s et lycéenn.e.s estiment qu’ils n’ont pas suffisamment d’espaces ou de personnes (enseignant.e.s, surveillant.e.s,…) dans leur établissement scolaire avec qui parler de sexualité. Les jeunes mettent en avant que l’éducation à la sexualité qui est reçue ne correspond pas suffisamment à leurs besoins : trop axée sur les risques, elle véhicule encore souvent une image dangereuse de la sexualité, et n’en explore pas assez les dimensions positives (désir, plaisir, confiance en soi…). Si les animateur.ice.s de ces séances ne sont pas formé.e.s, ils et elles peuvent aussi contribuer à reproduire un système binaire en laissant de côté de nombreux sujets qui pourtant font bien partie des réalités des jeunes : homo ou bisexualité, asexualité, transidentité et questionnements autour de l’identité de genre, polyamour… D’après les élèves, ces thématiques restent malheureusement taboues.

Pour faire exister ce droit, il faut se mobiliser ensemble !

L’épidémie de Covid-19 a bouleversé le déroulement du dernier trimestre de l’année scolaire 2019-2020, et son impact continuera à la rentrée et pendant de nombreux mois encore. Les préoccupations premières sont l’organisation du vivre ensemble et la mise en oeuvre des gestes de protection. Les demandes faites au Planning familial pour animer des séances d’éducation à la sexualité ont donc considérablement diminué, ce qui laisse présager que cette thématique sera laissée de côté pendant l’année scolaire à venir. Pourtant, il s’agit d’un apprentissage fondamental, qui lui aussi permet aux jeunes de savoir comment se protéger, comment agir pour leur santé et leur bien-être.

Face au défi de cette situation inédite, nous devons tou.te.s nous mobiliser. Le Planning familial proposera donc une campagne destinée notamment aux jeunes sur les réseaux sociaux tout au long de l’année scolaire. Le numérique est un moyen d’agir et d’informer mais il ne suffit pas ! Rien de remplacera les espaces d’échanges et de dialogue, indispensables à notre démarche d’éducation populaire. A nos côtés, nous invitons les membres de l’Education nationale et les parents d’élèves à agir pour permettre à ces séances d’avoir lieu. Le Planning familial peut être un espace ressource pour accompagner les professionnel.le.s, les établissements et les parents. Enfin, nous encourageons aussi les jeunes à exprimer leurs besoins, à exercer leur droit, et à être des personnes ressources dans leur entourage en se transmettant les sources d’informations sur la vie affective et sexuelle.

Planning Familial

print