• ghada_2

    Ghada Hatem : une gynécologue qui répare les femmes excisées

    Ghada Hatem, libanaise de culture française, a étudié au lycée français de Beyrouth. Elle avait quinze ans en 1975, lorsque la guerre éclata au Liban. Cette guerre dit-elle « a peut être fait naitre une vocation médico-sociale en moi. »Après son bac ce sera donc la médecine et ce sera en France loin des combats, « j’avais envie […]

  • manif-pro-matrimonio-lgbt_bogota-2015

    Colombie : un référendum pour définir la famille ?

     Le 24 et le 31 août 2016, une centaine de citoyen-ne-s colombien-ne-s sont venu-e-s au Sénat s’exprimer sur  l’adoption d’enfants par les couples homosexuels. Les propos se sont tenus lors d’une « audience publique » convoquée par une Commission du Sénat, qui doit décider si oui ou non, les Colombien-ne-s doivent être consulté-e-s via un référendum sur […]

  • matrimoine-apero

    Lectures féministes de l’apéro Matrimoine

    Pendant cette deuxième édition des journées du Matrimoine, le collectif Midi-Minuit du Matrimoine a dressé un succulent festin de pièces, de poésies, de performances musicales, dégusté sans modération. Au gré des lectures qui ont fleuri dans la serre du jardin de la Société des Auteur-rices et Compositeur-trices (SACD), les œuvres se libèrent du voile de […]

  • argent-droits-des-femmes

    Où est l’argent pour les droits des femmes ? Une sonnette d’alarme 1/3

    Enfin ! Un rapport sur l’argent et les droits des femmes vient de sortir. Il aurait pu être intitulé le manque d’argent et les droits des femmes tant la situation de nombre d’associations œuvrant à l’égalité femmes/hommes est critique. Il aura fallu attendre 2016 pour que des institutions et des fondations, mais non des associations, se […]

  • sexisme-pas-notre-genre

    Le sexisme, c’est pas notre genre !

    Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes a lancé, le 8 septembre dernier, avec un grand nombre d’associations et d’institutions, une campagne contre le sexisme qui durera jusqu’au 8 mars 2017.  Les objectifs du plan d’actions et de mobilisation : « débusquer le sexisme partout où il se trouve, le rendre visible, […]

  • affiche-femmes-en-resis

    Femmes en résistance aux stéréotypes

    Femmes en Résistance, festival féministe de documentaires a 14 ans. Cette année les 24 et 25 septembre,  il met en lumière les femmes qui de chaque côté de la caméra se libérent des stéréotypes. Présentation de l’édition 2016 par Sandrine Goldschmidt, une des organisatrices.   Quel est le thème du Festival de cette année, qu’avez-vous […]

Articles récents

DOSSIERS

L'égalité filles/garçons, ça commence à la crèche

IMG_7206Depuis la publication en France par les Editions des Femmes , en 1974, du célèbre et encore très actuel Du côté des petites filles, la problématique de son auteure, Elena Gianini Belotti, qualifiait de « conditionnement social de la féminité » a fait son chemin. La différenciation des rôles masculin et féminin et les stéréotypes qui les accompagnent sont reconnus ; dans le vêtement, les jouets et la littérature de jeunesse notamment, la prise de conscience critique et les tentative de rééquilibrage se sont multipliées, sans parvenir à contrecarrer la puissance du marketing « rose-bleu ».

A la maternelle déjà, la question de l’égalité filles/garçons est prise en compte par l’Education nationale bien que les enseignant-e-s soient loin encore d’avoir un référentiel partagé quant à la pédagogie à mettre en place. Mais avant trois ans, au moment de la plus grande plasticité des enfants, comment se fait la socialisation différenciée des petits garçons et des petites filles ? Il faut d’abord reconnaître que l’on ne sait que peu de chose sur ce qui se passe dans les familles, chez les assistantes maternelles et à peine plus dans les lieux d’accueil collectifs. Tout laisse croire qu’il n’y a que dans ces derniers (les crèches) qu’il est possible d’avoir une action volontariste et que, pour le reste, les évolutions devront attendre l’évolution des idées dans la société. L’action publique reste bien limitée puisque 64 % des moins de 3 ans sont gardés par les parents ou grands-parents, 19 % chez des assistantes maternelles agréées, contre 13 % dans des établissements d’accueil du jeune enfant (chiffres DREES 2013)…

Le rapport de l’IGAS (par Brigitte Grésy et Philippe Georges) sur « l’égalité entre les filles et les garçons dans les modes d’accueil de la petite enfance » a recensé en 2012 les travaux sur la question, les expérimentations en cours et formulé des propositions. Quatre ans plus tard, le rapport de Sylviane Giampino remis en mai dernier à la ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des Femmes et beaucoup plus large dans son objet « le développement global du jeune enfant », revient pour les reprendre à son compte sur les conclusions du rapport « Grésy » et fournir des éléments à Laurence Rossignol pour le « plan métiers » qu’elle annonce.

Constatant que la formation à la construction des identités sexuées est très rare chez les professionnel-le-s, en particulier chez les auxiliaires de puériculture et assistant-e-s maternel-le-s, les principales propositions consistent à développer la mixité des personnel-le-s de la petite enfance, au besoin par des mesures positives et à intégrer la socialisation différenciée des jeunes enfants en fonction du sexe dans les formations initiale et continue de ces professionnel-le-s.

Mais quels contenus et quelles recommandations pour les interactions entre enfants et personnel-le-s de l’accueil ? En pratique, comment nommer les différences anatomiques, comment orienter les comportements dans les relations entre filles et garçons, et avec les adultes ? Faut-il favoriser une attitude indifférenciée par principe, quitte à reproduire les schémas dominants, ou au contraire tenir compte au départ des différences sexuées pour mieux guider vers l’égalité ? De multiples questions restent ouvertes et placées sous une double orientation : celles des tendances cognitivistes d’une part, psychanalytiques d’autre part. Au-delà de ces questions théoriques qui ne sont pas nouvelles, il reste un foisonnement de pratiques dont ce dossier veut rendre compte.

50-50 magazine 

Dossier réalisé en collaboration avec le Centre de documentation du Planning Familial