• Notre corps, nous-mêmes : un classique féministe réactualisé

    S’inspirer des féministes d’hier pour parler des femmes d’aujourd’hui : c’est le défi que se sont lancé les neuf membres du collectif Notre corps, nous-mêmes, lorsqu’elles se sont réunies pour écrire l’ouvrage du même nom. En revisitant le best-seller féministe Our Bodies, Ourselves publié en 1973 par le Boston Women’s Health Collective, les autrices ont décidé […]

  • Frederique Martz : “Women Safe & Children est né d’un constat : celui de l’universalité des violences faites aux femmes et de l’absence de réponses adéquates à ce fléau”

    Frédérique Martz est l’inventrice du concept holistique de soins pour les femmes victimes de violences. Il consiste à réunir toutes les compétences dans un même lieu. Elle a co-fondé et dirige l’Institut Women safe & Children. Pour elle, l’approche holistique des soins était une évidence. Elle est né d’un constat patent : le parcours de […]

  • La politique au Japon : un monde d’hommes ? (2/2)

    De l’inégale répartition des ressources politiques au harcèlement sexuel en passant par l’auto-censure, la politique japonaise apparait hostile aux femmes. Les chiffres laissent bouche bée : avec moins de 10% de femmes élues à la chambre basse du parlement, le Japon est à la 167e place du classement Women in National Parliaments. Cependant, la politologue […]

  • Rebecca Amsellem : “Les Glorieuses proposent des infos féministes, fiables et rigoureuses”

    Après un très riche parcours universitaire, en octobre 2015, Rebecca Amsellem crée la newsletter féministe Les Glorieuses. Cette newsletter réunit une très forte communauté et s’enrichit peu à peu. Aujourd’hui, elle produit une newsletter généraliste par semaine ainsi qu’une fois par mois la newsletter Verticale (économie), et Les Petites Glo (pour les adolescent·es). Dans quelques […]

  • Mar Merita Blat : “L’Agence Française de Développement est une agence féministe”

    Au mois de juin prochain, se tiendra le Forum Génération Egalité (FGE) à Paris. Si l’événement a déjà été reporté une première fois en raison de la pandémie, les participant·es continuent les réunions de travail afin de proposer, cette année, un format adapté à la situation. Mar Merita Blat est chargée de mission et experte […]

  • Solitude : une nouvelle statue de femme chargée de symbole bientôt érigée à Paris

    Le 26 septembre 2020, Anne Hidalgo inaugurait un jardin au nom de la figure guadeloupéenne de la résistance des esclaves, Solitude. À terme, une statue à son effigie sera érigée dans ce même jardin situé sur les pelouses nord de la place du Général Catroux dans le 17ème arrondissement. Dans le contexte de résurgence des […]

Articles récents

DOSSIERS

Après #metoo, avons-nous plus d'alliés pro-féministes ?

Nous présenterons dans ce dossier des portraits d’hommes engagés pour l’égalité réelle.

Depuis notre dossier de 2012 sur les hommes pro-féministes, la situation a-t-elle évolué ? On avait déjà fait le constat à l’époque qu’ils ne sont pas légion.

Aujourd’hui après #metoo, pouvons nous compter sur les hommes pour soutenir les femmes, le féminisme et en fait les droits humains pour toutes puisque c’est vraiment de
cela qu’il s’agit ?

Un oui sans réserve n’est pas possible : en effet, il y a eu progrès mais la réponse reste nuancée. Des voix masculines se sont élevées parmi les intellectuels, quelques hommes médiatiques du monde de l’art, du spectacle et de la politique. Des hommes « ordinaires » de certains collectifs se sont organisés pour lutter contre les violences faites aux femmes. Ils ne sont cependant pas la majorité et il y a encore des résistances.

Il y a eu trois réactions à #metoo :

1- Moi je ne suis pas comme ça et je ne me sens pas concerné.
2- Je me rends compte de l’ampleur du problème et je le prends en compte
individuellement.
3- Je me rends compte qu’il y a un vrai problème de société . Il n’est pas réglé et c’est un
problème de justice sociale que les hommes doivent prendre en compte.

Cette troisième réaction a heureusement été partagée par certains mais reste insuffisante. Des résistances incarnées en particulier par les mouvements masculinistes sévissent encore.

Nous avons malgré tout matière à nous réjouir car dans la rue lors de la manifestation du 23 novembre, il y avait un tiers d’hommes plutôt jeunes aux côtés des femmes et que ces jeunes s’expriment dans des collectifs contre le patriarcat comme le #CHAP par exemple. Nous donnons la parole à certains d’entre eux dans ce dossier : ils agissent dans leur domaine respectif pour faire avancer l’égalité réelle. Ce sont des hommes inspirants.

Auparavant nous souhaitons mettre en lumière les précurseurs féministes du passé.

Roselyne Segalen 50-50 magazine