Santé Cancers féminins : la mortalité recule mais le nombre de cas augmente

Détail de la campagne 2010 pour le dépistage du cancer du sein

Détail de la campagne 2010 pour le dépistage du cancer du sein.

Depuis les années 1980 en France, on constate une augmentation des cancers féminins. Hausse qui peut être imputée à l’augmentation et au vieillissement de la population : le risque de cancer évolue, en effet, avec l’âge. Toutefois, l’amélioration des pratiques de dépistage associée à l’évolution des prises en charge ont favorisé le fléchissement de la mortalité par cancers.

Les décès par tumeurs malignes constituaient en 2005 la deuxième cause de décès féminins (23,4%) derrière les maladies de l’appareil circulatoire (31,1%), selon le rapport « La santé des femmes », publié en 2009.

Si le cancer du sein tient toujours le haut du pavé avec 11 000 décès, la mortalité par cancer colo-rectal (8 000) et des voies respiratoires (6 000) est également importante.

Des cancers évitables

En hausse, le cancer du sein demeure la première cause de mortalité par cancer chez la femme en France. L’amélioration des pratiques de dépistage associée à l’évolution des prises en charge ont toutefois permis d’améliorer la survie des malades. L’inégalité face au risque demeure patente, comme en atteste la pratique très disparate, suivant les milieux, de la mammographie.

Deuxième cause de cancer chez les femmes, le cancer colo-rectal, qui touche davantage les personnes de plus de 50 ans, bénéficie d’un test de dépistage. Tous les deux ans, l’Assurance maladie invite donc les assurées concernées à retirer ce test à pratiquer chez eux auprès de leur médecin traitant, à l’occasion d’une consultation.

Les infections par papillomavirus humains (HPV) sont responsables de 70 % des cas de cancers du col de l’utérus, soit plus de 1 000 décès par an en France, selon l’Institut national du cancer. Depuis 20 ans, le dépistage de lésions précancéreuses par la réalisation régulière d’un frottis cervico-utérin (FCU) a permis de diminuer le nombre des nouveaux cas, ainsi que les décès. Recommandé tous les trois ans chez les patientes de 25 à 65 ans, cet examen n’est pas suffisamment pratiqué par les femmes de 55 ans et plus.

En complément du frottis, une vaccination contre le papillomavirus est également proposée aux jeunes filles, dans l’idéal avant leur premier rapport sexuel. Mis en cause en 2009 pour ses effets indésirables (douleurs, fièvres, éruption de type urticaire et syncopes) auprès de certaines jeunes filles, le vaccin Gardasil ® a été réhabilité l’été dernier par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps).

Représentant environ 4 400 cas par an, selon la Ligue nationale contre le cancer, le cancer des ovaires touche davantage les personnes de plus de 50 ans. En l’absence d’examen de dépistage systématique, le diagnostic est souvent établi tardivement, d’autant que les signes d’alerte sont discrets et banals : douleurs du bas-ventre, troubles des règles ou saignement. Le traitement est avant tout chirurgical, suivi le plus souvent d’une chimiothérapie.

Le mode de vie en cause

Tabac, alcool, sédentarité, exposition solaire… Le mode de vie des femmes contribue également à accroître leur risque de développer des cancers.

Actuellement, un quart de ces décès, survenus avant 65 ans, pourrait être évité en réduisant les comportements à risque, en particulier la cigarette. Si le tabagisme a été divisé par deux chez les hommes, ces trente dernières années, il ne recule pas beaucoup chez les femmes de 16 à 45 ans. Toujours d’après le rapport « La santé des femmes » de 2009, les décès par cancer du poumon ont quasi doublé en l’espace de quinze ans, en particulier chez les femmes de moins de 65 ans.

De même, l’exposition trop importante au soleil est à l’origine de mélanomes de la peau qui ont provoqué 700 décès chez les femmes en 2010. Pour améliorer les conditions de détection précoce de ce cancer cutané, les autorités sanitaires organisent chaque année une campagne nationale d’information. Parallèlement, les dermatologues proposent annuellement une journée de dépistage gratuit, en mai.

Plus d’informations : Cancer info au 0810 810 821

Christine Laouénan – EGALITE

Sources :

Rapport « La santé des femmes en France », Documentation française (2009)

Institut national du cancer (InCA)

Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps)

Association pour la recherche et le dépistage des cancers du sein

Institut national de veille sanitaire (InVS)

Société française de sénologie et de pathologie mammaire

Ligue nationale contre le cancer