Économie Les Féministes en mouvements veulent être des interlocutrices de la conférence sociale

Féministes en mouvement au Comptoir général

De gauche à droite : Carine Favier, Planning familial, Christine-Sarah Jama, Voix de femmes, Claire Guiraud, OLF. © Marie Cervetti

« Si Féministes en mouvements (FEM) se réjouit de la tenue d’une table ronde sur l’égalité professionnelle lors de la prochaine conférence sociale, nous ne pouvons pas nous satisfaire d’une table ronde qui allie égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et qualité de vie au travail. » Séverine Lemière, de l’association FIT, une femme, un toit, relaie l’appel lancé hier par FEM au Comptoir général, dans le 10e arrondissement de Paris, s’inquiétant des contenus de la conférence sociale des 9 et 10 juillet prochains, qui réunira le gouvernement et les partenaires sociaux.

Dans leur appel « L’égalité professionnelle maintenant ! », publié sur le site lemonde.fr, les 45 associations féministes insistent sur le fait qu’associer dans une table ronde « égalité professionnelle » et « qualité de vie au travail » brouille les pistes : « Si l’explosion des situations de mal-être au travail légitime [la question de la qualité de vie au travail], elle ne doit pas se confondre avec celle de l’égalité femmes-hommes. Une telle confusion autorise trop souvent à faire croire que les entreprises pratiquent une politique d’égalité quand elles facilitent la vie au travail des parents. »

Pour Séverine Lemière, les associations de FEM « resteront vigilantes pour qu’il n’y ait pas de rapprochement systématique entre ces deux thématiques et demandent que les partenaires sociaux et le gouvernement abordent l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes de manière transversale ».

Des savoir-faire

Les associations de FEM veulent peser dans les débats et demandent, dans leur appel, à être invitées à la conférence sociale, se targuant de leur savoir-faire et de leur expérience du terrain.

Pour Martine Storti, présidente de l’association 40 ans de mouvement, « il n’y a pas de raisons que dans une conférence sociale les associations féministes ne soient pas considérées comme des partenaires sociétales. Il serait inconcevable qu’une conférence sur l’écologie se déroule sans la présence des associations concernées. Il faut que les ministères consultent les associations ».

Pour le collectif, il y a urgence car le contexte est lourd : écart salarial entre femmes et hommes qui stagne à 27 %, postes à temps partiel occupé par 80 % de femmes, un chiffre deux fois plus important de femmes que d’hommes au Smic, une concentration des femmes dans des emplois sous-dévalorisés, plafond de verre à tous les niveaux de responsabilités, etc. :

« Depuis plus de cinquante ans, les lois se succèdent, mal calibrées ou inappliquées. Nous attendons de ce sommet social qu’il initie la réflexion sur la mise en œuvre d’un cadre réglementaire réellement contraignant – sanctions financières lourdes à l’appui – pour les entreprises qui ne respectent pas l’égalité professionnelle et salariale entre femmes et hommes. Cette égalité relève d’une obligation légale : elle ne peut être l’objet de simples incitations ou d’un panel de bonnes pratiques. »

« Ne pas rater le coche ! »

Et pour l’atteindre, FEM demande que la conférence sociale débouche sur des mesures concrètes, notamment « la mise en œuvre de sanctions financières lourdes pour les entreprises qui ne respectent pas l’égalité salariale ; la limitation du temps partiel imposé à l’embauche par l’augmentation des cotisations sociales patronales sur les emplois à temps partiel et l’attribution de compensations salariales pour les salarié-e-s à temps partiel ; la revalorisation des emplois à prédominance féminine, par un système d’évaluation non discriminante des emplois qui garantira une rémunération identique pour les emplois à prédominance féminine et à prédominance masculine de valeur comparable ».

Et parce que l’égalité professionnelle n’est pas leur seul domaine de compétences, les Féministes en mouvements organisent par ailleurs la deuxième édition de leurs Rencontres d’été ouvertes à tous-tes qui auront lieu les 7 et 8 juillet prochains à l’université d’Evry (91) sur le thème « L’égalité femmes-hommes en chantier ! ». Tous les sujets concernant l’égalité seront traités par le biais d’ateliers et de conférences dans le but de déterminer les priorités du collectif à l’adresse du gouvernement et particulièrement de la ministre des Droits des femmes, qui sera présente aux Rencontres le 8 juillet.

Et Magali de Haas, d’Osez le féminisme, de conclure : « Il ne faut pas rater le coche sous prétexte d’austérité, l’égalité est une volonté politique et le gouvernement a pris des engagements. »

Catherine Capdeville – EGALITE

Pour consulter ou signer l’appel, se renseigner sur les Rencontres d’été, aller sur le site des Féministes en mouvements.