Chroniques Lettre de la petite panthère au Père Noël

Cher Père Noël,

Cette année, comme j’ai un peu grandi, je ne t’écris pas juste pour t’envoyer ma liste de jouets. Je voudrais te  parler sérieusement et te demander de faire attention à ce que tu fais.

Je trouve que, souvent, tu choisis mal les cadeaux. Tu crois que toutes les filles aiment le rose et les garçons le bleu. Bien sûr, tu n’es pas aidé par les magasins de jouets ! Tous les catalogues sont divisés en pages roses et en pages bleues.

Tu crois vraiment que les petits garçons n’ont jamais envie de jouer à la dînette ? Et que toutes les filles rêvent de jouer à faire le ménage, comme maman ? Tu trouves ça drôle, toi, de frotter un tapis avec une brosse qu’on tient à bout de bras et qui fait vroum ? Non ? Alors pourquoi tu m’as apporté un aspirateur l’année dernière ?

Moi, ce que je veux, c’est un garage. Un grand garage avec une porte qui s’ouvre toute seule, un ascenseur et une pente pour lâcher les voitures dans la descente. Mais si le dis à mes parents, ils vont m’emmener chez le psychologue ! Déjà qu’ils s’inquiètent quand ils me voient taper dans un ballon au lieu de sauter à la corde avec ma cousine !

Je voudrais te dire aussi que je ne veux pas, mais alors pas du tout, de robe de princesse. J’adore me déguiser, mais en ce que je veux. D’abord, les robes de princesse, ça gratte. Et puis on ne peut pas bouger avec une couronne sur la tête !

Et pour mon petit frère qui est toujours malade en voiture, essaie de trouver autre chose qu’une auto télécommandée, s’il te plaît !

Tu vas me répondre, Père Noël, que je suis une ingrate, que je devrais être contente d’avoir de beaux cadeaux tous les ans. Et que, pour une fille, je pense trop ! Mais, tu sais, j’ai beaucoup, beaucoup de copines qui sont d’accord avec moi. Et de copains aussi.

Peut-être que si on pouvait parler à la Mère Noël, elle comprendrait, elle, qu’on en a marre des poupées et des cuisines…

Alors, s’il te plaît… Petit Papa Noël… Quand tu descendras du ciel… Avec tes jouets par milliers… N’oublie pas ma lettre…

 

Danielle Michelle-Chich, la petite panthère

 

Imprimer cet article