Articles récents Campagne internationale: JINHA est notre voix! Notre voix ne peut pas rester silencieuse

Depuis la déclaration de l’état d’urgence le 20 juillet 2016, en Turquie 146 médias de presse et de radiodiffusion ont été fermés. Le gouvernement turc mène ces attaques contre les médias. Au cours des quatre derniers mois, le gouvernement a promulgué 10 décrets-lois, dont 2 pour la fermeture des médias. L’un a été annoncé le 29 octobre 2016, er jusqu’à ce jour encore les agences de presse kurdes, les journaux et les journaux sont fermés. Un des décrets-lois loi a fermé  l’agence, JINHA, la première agence de presse féminine au Moyen-Orient.

Qui est JINHA?

Jin (en kurde : Femme) Agence de Presse – JINHA a commencé le 8 Mars 2012, lors de la Journée mondiale de la femme. JINHA est unique car c’est une agence de presse où seules les femmes y travaillent. Cela signifie que depuis le journaliste de rue jusqu’à l’éditeur, tous les membres du personnel sont des femmes.

L’objectif principal de JINHA est de surmonter le sexisme dans les médias, de rendre visible la vie et la perspective des femmes et de donner une voix à toutes les femmes.

JINHA s’est installée à Diyarbakir, la plus grande ville de Turquie, et dispose d’un réseau de journalistes et de volontaires en Turquie,au Rojava (Kurdistan irakien), ainsi qu’à l’extérieur du Kurdistan. Elle publie des informations quotidiennes, illustrées par des photos et des vidéos, en kurde et en anglais.

JINHA est la voix de nous tous

JINHA ne couvre pas seulement les nouvelles concernant la situation au Kurdistan, mais c’est la voix de toutes les femmes du monde entier.

JINHA publie des infirmations qui reflètent la vie, les conditions, les objectifs, les luttes et résistances, le travail et l’organisation des femmes du monde dans une certaine perspective, c’est-à-dire anti-patriarcale, anti-sexiste et anti-misogyne.

JINHA défend des valeurs de la démocratie, de la libération des sexes, de l’écologie, de l’égalité,  de la pluralité et contribue au changement social par une nouvelle forme de journalisme, qui vise à créer une nouvelle langue et une couverture dans les médias.

En ce sens, bien que JINHA ait été fondée par des femmes kurdes, l’agence de presse féminine devrait être considérée comme l’un des fers de lance de la lutte mondiale des femmes contre toutes les formes de patriarcat, de sexisme et de misogynie.

Le patriarcat tente de nous faire taire

Même avant JINHA n’ait été fermé, son personnel a été plusieurs fois ciblées par les forces de sécurité turques. Il y a des dizaines de cas où les journalistes de JINHA ont été attaquées physiquement par des policiers et des soldats turcs pendant qu’elles faisaient leur travail.

Alors qu’un certain nombre de reporters et de rédacteurs en chef ont été arrêtés à cause de leur travail journalistique, Zehra Dogan est encore en prison. Elle a été arrêtée le 22 juillet 2016 à cause de ses reportages concernant les couvre-feux dans les villes et contre les civils attaqués par les soldats turcs.

Il est évident que JINHA a été ciblée non seulement parce qu’elle a couvert la guerre de la Turquie contre les Kurdes, mais aussi en raison de son identité: toute l’équipe de JINHA est féminine. Le gouvernement de l’AKP, qui représente la symbiose du fascisme et du patriarcat, essaie de faire taire la voix des femmes résistantes.

Soyons solidaires avec JINHA

JINHA n’accepte pas la décision antidémocratique de se faire taire et continue d’être la voix des femmes au Kurdistan et dans le monde entier. Nous vous appelons, vus, les femmes du monde, à défendre JINHA et à manifester votre solidarité. Nous n’acceptons pas que le régime fasciste turc sous la direction du gouvernement misogyne AKP et du président Erdogan, fasse taire la voix des femmes.

Le travail de JINHA est unique en termes de forme, de contenu et de besoins. Apportons notre soutien. Soyons solidaires et ajoutons notre voix à la voix de JINHA.

Devenir journaliste volontaire de JINHA

Envoyez des nouvelles, des articles, des informations, des déclarations, etc. de votre pays à JINHA

Participez à notre campagne sur les médias sociaux.

Écrire « JINHA ne peut pas être silencieux!

Je suis aussi journaliste bénévole  » sur un article, prenez une photo et partagez-la avec le hashtag #JINHAcannotbesilenced

Bureau des femmes kurdes pour la paix