Brèves Résidence alternée systématique : le HCE demande le retrait immédiat de la proposition de loi

Une proposition de loi débattu le 30 novembre prévoit un article unique rendant systématique la résidence alternée des enfants, sauf si « une raison sérieuse » l’en empêche, sans que le texte ne la définisse, le Haut Conseil à l’Égalité f/h en demande le retrait.

En réalité, si la résidence des enfants est majoritairement fixée chez les mères, c’est parce que les pères ne la demandent pas : 93, 4 % des décisions des juges aux affaires familiales sont rendues conformément à la demande des pères et 95,9 % conformément à la demande des mères. Le ministère de la Justice estime que si 18,8% des pères font la demande de résidence alternée, ils l’obtiennent à 17,3%.

En France, 1 femme sur 10 est victime de violences conjugales et 143 000 enfants vivent dans un foyer où une femme a déclaré des violences physiques ou sexuelles au sein de son couple. Un mari violent n’est jamais un bon père. Ce texte est un véritable danger pour les femmes victimes de violences et leurs enfants, et dans le même temps une aubaine pour les agresseurs, pour lesquels la résidence alternée sera un moyen de maintenir l’emprise sur leur ex-conjointe par le biais des enfants.

Le HCE insiste sur la nécessité de prendre en compte prioritairement les droits des femmes et les besoins fondamentaux  des enfants et demande le retrait immédiat de cette proposition de loi inspirée des mouvements masculinistes sous couvert d’égalité.