Brèves Pour la suspension des élus mis en examen pour violence

Mourad Aggoun, conseiller municipal, est poursuivi pour viols et agressions sexuelles aggravées contre deux employées de la Ville de Vaulx-en-Velin. En janvier 2016, Elu.e.s Contre les Violences faites aux Femmes (ECVF) saluait la réaction exemplaire d’Hélène Geoffroy, maire de Vaulx-en-Velin, qui avait accompagné l’une des victimes vers le dépôt de plainte et retiré à Morad Aggoun ses délégations d’adjoint sans attendre la décision de justice. La loi ne permet pas l’exclusion de Morad Aggoun de ses fonctions électorales, il est revenu siéger au conseil de la Métropole de Lyon.

Le procès de Georges Tron, accusé de viol et de harcèlement sexuel, toujours conseiller départemental de l’Essonne et maire de Draveil, s’ouvrira le 12 décembre prochain devant les Assises de Seine-Saint-Denis.

ECVF rappelle le devoir d’exemplarité des élu.e.s de la République. Les cas de Georges Tron et de Morad Aggoun montrent bien que la loi est insuffisante. La loi doit encore évoluer pour permettre qu’un.e élu.e mis.e en examen soit suspendu.e de l’ensemble de ses mandats jusqu’à la décision de justice.

Imprimer cet article