Articles récents Les stratégies de mise en visibilité sur Internet des féministes et afro-descendantes d’Afrique de l’Ouest

À l’heure du numérique, les militantes féministes d’Afrique de l’Ouest investissent les espaces en ligne pour revendiquer le féminisme. Les réseaux sociaux et les blogs deviennent dans ce sens de véritables outils d’information, de communication et d’émancipation permettant une visibilité inédite dans un contexte social peu porteur. Ces nouveaux moyens d’expression ont changé les modes d’actions des féministes. C’est dans cette alternative que s’inscrit la quatrième vague du féminisme qui se caractérise par l’utilisation des réseaux sociaux. Celles-ci on fait d’internet un outil redoutable pour se faire entendre et sortir de l’invisibilité.

Les féministes utilisent l’écriture en ligne en tenant aussi des blogs. De plus, des pages Facebook, des comptes Twitter ou Instagram pour partager des idées se sont multipliés en faveur du féminisme intersectionnel pour dénoncer des causes telles que le sexisme, le racisme, la misogynie etc. De nombreuses vidéos virales diffusées et partagées sur les réseaux sociaux comme celle d’Hadja Idrissa, une guinéenne âgée de 18 ans qui lutte pour les droits de la femme a récolté plus d’un million de vue, c’est aussi le cas d’un mini reportage sur «le harcèlement de rue à Abidjan» diffusé par les Haut-Parleurs a été vu 33 503 fois sur Facebook.

La reprise du mouvement Me Too en Afrique de l’Ouest au Sénégal

Le mouvement Me Too est né, il y a 11 ans à New York sous l’initiative de l’activiste féministe afro-américaine Tarana Burke pour lutter contre les agressions sexuelles et soutenir les victimes. En octobre dernier, la dénonciation du scandale sur le harcèlement sexuel avec les mouvements #Metoo  au Etats-Unis ou #Balance ton porc en France ont fait un boom sur les réseaux sociaux. Des plaintes, des témoignages ont surgi dans pratiquement tous les pays, avec des hashtags en différentes langues. Cette mobilisation montre que le harcèlement subi par les femmes n’est pas qu’un simple constat, un problème minime et met en exergue l’impact considérable des réseaux sociaux dans notre société.

En Afrique de l’Ouest, l’hashtag #Metoo a aussi été repris précisément au Sénégal. En effet, Des hashtags #Touchepasàmoncorps pour lutter contre l’excision et soutenir les victimes de mutilation sexuelle, #Nopiwouma (je ne me tais pas) et #BalanceTonSaïSaï (balance ton pervers), pour dénoncer le viol.

LesRobeuses: Rebelles & heureuses / Bal Poussière

LesRobeuses est une page Facebook créée à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes le 8 mars 2017, tenue par des féministes africaines originaires de la Côte d’Ivoire. LesRobeuses poste les témoignages d’internautes sur le sexisme en reprenant le style du mouvement #Metoo et partage également des articles en rapport avec le féminisme, des faits d’actualité concernant les femmes africaines mais aussi celles du monde entier. Ainsi, le 8 mars dernier, des chiffres récents ont été mis en évidence sur la déscolarisation, l’excision des petites filles en Côte d’Ivoire.

Afrofeminista : l’impact des femmes noires dans les sociétés africaines et diasporiques contemporaines

Le blog Afrofeminista d’Aichatou Ouattara originaire du Sénégal et de la Côte d’Ivoire, existe depuis 2014. Il a pour objectif de parler de «l’actualité des femmes d’Afrique et de la diaspora, re-valoriser son image en mettant en valeur les portraits de femmes noires.» Sur ce blog, on remarque plusieurs types d’articles concernant l’éducation, des avis sur des faits d’actualités tous liés au féminisme en rapport avec les femmes africaines ou les afro-descendantes. Comme le souligne Aichatou «je veux briser les clichés comme quoi les femmes africaines ont besoin qu’on les aide, elles sont des victimes dans leur société. Je veux montrer qu’elles sont capables de trouver des solutions de trouver et d’avoir des armes pour changer la société et que ce n’est pas nouveau, cela a toujours existé. Maintenant elles sont sur les réseaux sociaux mais avant elles descendaient dans la rue, elles ont mené des actions pour changer l’image de la femme africaine.» 

Cequejaidanslatete : Ndèye Fatou Kane, féministe et passionnée de littérature africaine

Féministe et autrice, Ndèye Fatou Kane tient, depuis 2010, le blog cequejaidanslatete dans lequel elle donne son avis sur des livres concernant entre autre le féminisme. Lorsque le mouvement #Metoo s’est exporté à travers le monde, la blogueuse également active sur les réseaux sociaux n’a pas hésité à lancer l’hashtag #BalanceTonSaïSaï. A la question de savoir comment le féminisme est perçu en Afrique, elle prend l’exemple sur le pays dont elle est originaire : «le Sénégal a eu une pluralité de femmes qui se sont battues et se sont imposées, raison pour laquelle on les considère comme pionnières dans les questions touchant au féminisme.» Son dernier livre Vous avez dit féministe incorpore les thèses de quatre femmes de lettres que sont Chimamanda Adichie, Simone de Beauvoir, Awa Thiam et Mariama Bâ, pour finir par une appréciation personnelle.

Impacts et retombées des stratégies de mise en visibilité des afro-descendantes féministes et féministes africaines

Les afro-descendantes féministes et féministes africaines ont mis en place plusieurs stratégies sur les réseaux sociaux /blogs pour sortir de l’invisibilité et parler du féminisme en Afrique, dans un contexte où celui-ci est mal perçu ou peu compris. Elles procèdent par l’éducation, avec le partage et la recommandation de livres sur le féminisme, par le partage d’expériences avec des témoignages pour dénoncer le harcèlement, le sexisme. Ces témoignages sont repris sous forme de visuels comme des hashtags, la diffusion de contenus féministes avec des partages de vidéos. En Afrique, elles utilisent un autre terme que féminisme pour ne pas choquerDes sujets de réflexion et des histoires ignorées sur les femmes noires africaines sont aussi mis en avant pour informer l’internaute. Elles bénéficient désormais d’une médiatisation numérique mais aussi au-delà, certaines d’entre elles ont pu s’exprimer en dehors des réseaux sociaux et ont été reprises dans la presse, invitées à des plateaux télés et même à la radio tels qu’Elle Côte d’Ivoire, RFI, Le Monde Afrique, France Info, des blogs. Elles reçoivent également des invitations à des conférences pour échanger et discuter avec d’autres féministes pour parler de féminisme.

Avec une communauté, qu’elle soit petite ou importante, les féministes africaines s’emparent des réseaux sociaux, des blogs ou de tous types de plateformes numériques. Ils jouent un rôle majeur dans la revendication et la lutte pour l’émancipation des femmes africaines.

 

Alexandra Kiphon Master 2 Influence Lobbying et Médias Sociaux

 

Photo Tarana Burke en meeting

Imprimer cet article