Articles récents Le Haut Conseil à l’Egalité publie le 1er état des lieux du sexisme en France

Le Haut Conseil à l’Égalité (HCE) publiait le 17 janvier dernier le 1er état des lieux du sexisme en France. Cette nouvelle parution s’ajoute aux nombreux travaux déjà publiés par le HCE dans le but d’œuvrer pour l’égalité femmes/hommes. Ce travail inédit a été mené par Danielle Bousquet (Présidente du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes),Françoise Vouillot (Présidente de la commission « Lutte contre les stéréotypes et rôles sociaux », Margaux Collet et Marion Oderda (co-rapporteuses). Ce rapport, répondant à la loi relative à l’égalité et la citoyenneté du 27 janvier 2017 a bénéficier des contributions de l’Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales (ONDRP), du Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observation des Conditions de Vie (CREDOC) et de la Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques (DREES), il fait suite à une recommandation formulée par le Haut Conseil en 2014 et devrait être reconduit tout les ans.

Une définition du sexisme

Ce travail d’analyse passe par une définition claire du sexisme et de ce qu’il recouvre. Selon le Haut Conseil à l’Égalité, «le sexisme est une idéologie qui repose sur le postulat de l’infériorité des femmes par rapport aux hommes, d’une part, et d’autre part, est un ensemble de manifestations des plus anodines en apparence (remarques,…) aux plus graves (viols, meurtres,…). Ces manifestations ont pour objet de délégitimer, stigmatiser, humilier ou violenter les femmes et ont des effets sur elles (estime de soi, santé psychique et physique et modification des comportements).»

A travers cette définition, le HCE a voulu insister sur deux points dont la coexistence manquait dans certaines définitions connues du sexisme.

Premier point: le sexisme recouvre une idéologie et des actes. Cette précision est importante pour le HCE, car : «préciser que le sexisme est une idéologie permet de montrer que les manifestations qu’il recouvre – remarques, injures, coups, viols, meurtres des femmes – ne sont pas le fruit du hasard ou de la malchance, mais qu’elles font bien partie d’un système structuré de pensée.»

Deuxième point: le sexisme est une idéologie et des actes visant les femmes. Certaines définitions insistent sur une idéologie et des actes à l’encontre d’un sexe, sans faire de distinction. Selon le HCE, les définitions présentant une vision «neutre» ne permettent pas de relever la spécificité des rapports de domination qui sont à l’œuvre et dépolitisent les enjeux de la lutte pour l’égalité femmes/hommes.

Des manifestations diverses

Si les manifestations du sexismes sont plurielles, en passant des plus anodines aux plus graves, l’on peut toutefois déceler trois caractéristiques communes :

  • les femmes en sont les principales victimes,
  • la majorité des agresseurs/auteurs sont des hommes,
  • ces comportements trouvent leurs fondements dans le postulat implicite ou explicite de l’infériorité des femmes par rapport aux hommes.

Dans ce rapport, différentes sphères ont été analysées afin de faire ressortir l’intégralité des types de manifestations sexistes dans notre société:

  • propos ou représentations stéréotypés, discrimants, humiliants, menaçants ou violents dans la rue, au travail, dans le journalisme, la publicité, les arts et la culture, le marketing etc.,
  • sur-occupation de l’espace dans la rue (« manspreading »), dans les discussions (« mansplaining » et « manterrupting »), en politique, au travail, dans les classes et les cours de récréation etc.,
  • atteinte à l’autonomie des femmes par l’assignation à la maternité : entrave à l’avortement et à la maîtrise de son corps, mariages forcés, non partage de la charge domestique etc.,
  • discrimination directe et indirecte, dans l’accès à l’emploi, un bien ou un service,
  • atteinte à l’intégrité corporelle : coups et blessures, agressions sexuelles, viols, mutilations sexuelles, prostitution, meurtre ou féminicide.

Le sexisme dans l’humour

Le Haut Conseil à l’Égalité a choisi dans ce rapport de conduire une étude sur le sexisme dans l’humour. Ce choix, pour le moins compliqué à réaliser, visait à identifier les ressort de l’humour sexiste. Cette étude a su mettre en lumière des caractéristiques de l’humour sexiste qui sont : le fait de rire sans les femmes, contre les femmes et de mobiliser de prétendues caractéristiques des femmes, en les dévalorisant ou en les réduisant à des objets sexuels.

Cette humour bénéficie d’une large tolérance et cela a pour conséquences de : «consolider l’entre-soi « masculin », à dévaloriser l’image que les femmes ont d’elles-mêmes, à renforcer les stéréotypes de sexe, et ainsi à légitimer les inégalités. »

Le sexisme : encore trop peu condamné

En 2016, l’enquête CSA « Perception de l’égalité entre les femmes et les hommes en France : regards croisés » démontre que 4 femmes interrogées sur 10 déclare avoir vécu des actes sexistes dernièrement. Au cours de l’année 2017, 162 940 victimes d’actes sexistes ont été enregistrées dont 87 % visaient des femmes.

Si 4 femmes sur 10 indiquent avoir connu des faits de sexisme dernièrement, et que les actes de sexisme déclarés par des femmes sont à hauteur d’environ 140 000 cas par an, on compte que seulement 3 % des dénonciations font l’objet d’une plainte et que 1 plainte sur 5 conduit à une condamnation.

Lutter contre ce phénomène

Ce rapport est l’occasion pour le Haut Conseil à l’Egalité d’appeler au lancement du premier Plan national contre le sexisme 2019-2022. Ce plan national reposerait sur 5 axes :

  • mieux mesurer le sexisme, par le financement d’une enquête d’opinion annuelle, qui interroge notamment chacun.e sur les actes sexistes dont il ou elle est l’auteur ;
  • faire reculer le sexisme en permettant de mieux le repérer, par des campagnes de sensibilisation, la formation des professionnel.les, en particulier des médias, des arts et de la communication et par la reconnaissance d’une journée nationale contre le sexisme ;
  • faire reculer le sexisme en condamnant d’avantage les auteurs. Cela implique la formation des professionnel.les de la sécurité et de la justice ;
  • accompagner les victimes de sexismes en renforçant les financements des associations qui les accompagnent ;
  • garantir une action publique exempte de tout sexisme : allocation des financements publics dans une perspective d’éga-conditionnalité, diplomatie féministe – notamment à court terme par la promotion des droits sexuels et reproductifs des femmes dans le cadre du G7 – et lutte contre le sexisme dans toutes les politiques sectorielles, y compris contre le cyberharcèlement et les discours de haine en ligne.

 

Hugo Tetu 50-50 magazine

 

Rapport HCE: 1er état des lieux du sexisme en France : lutter contre une tolérance sociale qui persiste

Imprimer cet article