Articles récents Rêv’Elles : une étincelle, des potentiels

Les filles scolarisées dans les quartiers défavorisés subissent de plus forts déterminismes sociaux pour leurs choix professionnels et de vie que les garçons des mêmes quartiers et ne se font pas confiance pour s’aventurer hors des filières où elles savent qu’elles sont attendues. Indépendamment de leurs résultats en classe, leur avenir semblait souvent se résumer à l’accomplissement d’un destin sur lequel elles n’avaient pas prise. C’est ce qui a incité Athina Marmorat à fonder en 2014 l’association Rev’Elles, pour que les filles osent rêver plus loin et élargissent les horizons de leurs potentialités.

Chaque année l’association forme, pendant une semaine, de filles de 15 à 22 ans volontaires et motivées à la prise de parole, à l’auto-évaluation, à la prise de décision. Elles visitent des entreprises, rencontrent des role models, et sont coachées sur le chemin d’un autre avenir. La compétence principale qu’elles y acquièrent est la confiance en elles, véritable étincelle qui déploie l’éventail des avenirs possibles. Le parcours étant non mixte, elles sortent des repères étouffants des stéréotypes sexués et de la comparaison avec les garçons qui influencent souvent les prises de décision et les orientations en milieu scolaire.

De nombreuses bénévoles elles-mêmes issues de milieux défavorisés et ayant réussi leur vie professionnelle présentent leurs carrières, font visiter leur entreprise, offrent des possibilités de stages. Des semaines de “parcours” sont organisées une puis deux fois par an pour une vingtaine de jeunes filles chaque fois. Pour la 1ere fois deux groupes l’ont fait simultanément pendant les vacances de février 2019. Les inscriptions pour Avril sont déjà complètes.

L’avenir prometteur de l’association

Un soin particulier est apporté par Rêv’Elles au maintien du lien avec les anciennes participantes. Certaines des premières participantes ont été déjà engagées par l‘association comme coaches ou comme role models pour présenter les résultats de leur participation au “parcours Rêv’Elles” de 2013. Ces résultats encourageants confirment les intuitions des professeur.es et éducatrices/éducateurs de lycées et collèges qui les ont orientées dès le départ vers l‘association et continuent à repérer certaines de leurs élèves à qui un parcours Rêv’Elles pourrait profiter. La motivation de ces adultes relais pour faire accéder les filles de milieux défavorisés à un meilleur avenir est la clé de la continuité.

Invitées à la fête d’anniversaire des cinq ans ces professionnelles de l‘éducation ont constaté l’enthousiasme et la motivation de leurs élèves en fin de parcours et mesuré le chemin accompli.

L‘association a dix salarié.es et a réussi à fédérer plusisers entreprises autour du projet. Les 480 filles qui ont été accompagnées restent en contact les unes avec les autres grâce à un réseau d‘Alumni qu‘elles ont fondé. La méthode Rev‘Elles a même été reproduite par des coaches pour toucher d‘autres filles dans d‘autres régions. Une vingtaine de „role models“, toutes bénévoles, ont participé au début de l‘aventure. Elles sont maintenant cent.

 

Florence-Lina Humbert  50-50 magazine

 

 

 

Imprimer cet article