Articles récents Blanche Gardin, une humoriste mi-figue-mi-raisin

Blanche Gardin est une bonne humoriste mais pas une féministe comme elle se plaît à se qualifier en se désavouant une phrase plus tard.

Blanche Gardin a du talent mais nous laisse un petit goût de « je vais vous choquer un max.» Tous les artistes parlent d’eux mêmes et Blanche n’y déroge pas : ses petits traumas, quelques perles autour de commentaires sociaux pertinents comme notre manie contemporaine d’avoir un avis sur tout et de le faire savoir illico en deux tweets forment la trame du spectacle.

Blanche Gardin impressionne par sa posture statique et son «costume» d’un autre âge qui la fait ressembler à un personnage de conte de fée à la Disney, tout en contraste avec un verbe qui, assez maîtrisé et cérébral, est entrelardé systématiquement de propos graveleux.

Le rythme du spectacle est régulier et pendant une bonne heure et demie Blanche Gardin nous fait voyager entre commentaires sociaux assez justes et dérives sociales et sexuelles mais qui restent pour la plupart au niveau de l’intime. Blanche Gardin ne dénonce pas vraiment semble-t-il, en effet, elle met la suspicion sur les féministes qui exagéreraient les faits de harcèlement : pour Blanche, le désir des hommes est forcément dirigé vers les jeunes femmes de 20 ans et c’est un peu la faute aux affiches aguicheuses si les mecs harcèlent. C’est la faute à la société quoi !

Les vieilles sont ronchons car elles «ne se font plus désirer» puisqu’elles ne se font plus harceler ! Ceci rappelle une certaine Tribune ! Quant à #MeToo, «on en a trop dit, trop fait, on ne parle que de ça.» C’est la première fois depuis des millénaires qu’on considère la parole des femmes et qu’on commence à la prendre en compte mais pour Blanche Gardin, c’est trop. Elle ne semble pas au courant que depuis #MeToo, les plaintes pour viols et agressions sexuelles ont triplé mais que les condamnations ne sont pas plus nombreuses, c’est à dire quà peine plus de 3 % des violeurs sont condamnés, faute de volonté politique pour les traiter, et à cause des vieux mécanismes de défense des hommes. Il reste encore du chemin à parcourir pour que les viols commis toutes les 40 minutes en France diminuent.

Blanche Gardin parle de sa peur panique du vieillissement et de la mort. Une humoriste qu’on aimerait éclairer: hé ho Blanche, les femmes de 50 ans prennent désormais leur pied et s’en vantent ! Ta vie peut continuer, cultive donc ton talent !

 

Roselyne Segalen, militante féministe

Imprimer cet article