Articles récents \ France \ Société Troubles sexuels : quand les femmes ne sont pas soignées (2/2)

15 % des femmes (ou personnes pourvues d’un appareil génital féminin), sont touchées par un trouble ou une maladie sexuelle au cours de leur vie. Et pourtant, qui parmi la population française en à connaissance ? Qui, parmi nous, sait ce que sont le vaginisme ou la vulvodynie ? Peu de monde. Force est de constater que ces troubles sexuels, qui affectent les femmes au quotidien, sont quasi inconnus du grand public. Ils le sont aussi du personnel médical.

La sexualité féminine, un tabou difficile à dépasser

«Dès le plus jeune âge, on fait comme s’il ne fallait pas parler du sexe féminin. En grandissant, si personne ne rétablit la vérité, le regard général peut être biaisé» estime DéborahBelhassen, sage-femme récemment diplômée.

Il est dans un premier temps délicat pour les femmes elles-même d’exprimer leur douleurs intimes : «Vous avez une sciatique, vous pouvez en parler au boulot et on vous dira qu’on connaît un super osthéo. Alors qu’à 35 ans, dire que vous n’arrivez toujours pas à faire l’amour peut être gênant» explique Aurélie Botte, présidente de l’association Les Clés de Vénus.

Danielle Gaudry est gynécologue, elle a exercé en cabinet pendant 35 ans, ainsi qu’au planning familial. Selon elle, il existe deux types de patientes, qui demandent deux postures professionnelles différentes. Certaines femmes viennent directement en consultation pour parler de leurs douleurs aux rapports, ce sont souvent des femmes qui ont vécu un traumatisme lié à la sexualité et qui ont conscience de leurs difficultés. Pour ces patientes là, l’approche est relativement simple. Les autres, ce sont les plus nombreuses, sont d’une approche plus compliquée : elle viennent pour autre chose (une contraception, un début de grossesse etc) et, au fil des rendez-vous, on se rend compte que leur vie sexuelle est extrêmement difficile. Il faut plusieurs consultations et beaucoup d’écoute de la part du/de la professionnel.le pour que la patiente réussisse à s’exprimer.

D’après Déborah Belhassen, le tabou du sexe féminin gène également certain.es professionnel.les de santé, ce qui rend la libération de la parole d’autant plus difficile. «Je ne suis pas convaincue que tous/toutes les professionnel.les osent poser les questions adéquates en consultation, d’autant plus que certains rendez-vous ne durent que 10 ou 15 minutes. Les femmes ne se sentent pas à l’aise pour en parler, et comme on ne leur demande pas, elles en parlent encore moins

La gène liée au tabou de la sexualité des femmes est ainsi un premier obstacle au diagnostic des pathologies sexuelles féminines, ce n’est pas le seul.

Formation et désintérêt pour la sexualité féminine

Les premières/premiers interlocutrices/interlocuteurs des patientes sont les gynécologues et les médecins généralistes, puisque peu de personnes savent qu’il est possible de s’adresser directement à un.e sage-femme en consultation; alors même que ce sont les professionnel.les les plus concerné.es par les pathologies sexuelles féminines, puisque ce sont généralement eux/elles qui les soignent via la rééducation périnéale.

Le sujet des troubles sexuels féminins est à peine abordé en médecine générale, explique Danielle Gaudry. En ce qui concerne les étudiant.es en gynécologie, leurs connaissances en la matière dépendent pour beaucoup du service dans lequel leur stage d’internat est effectué. Il est également possible de suivre un diplôme universitaire de sexologie où les pathologies sexuelles sont abordées plus en détails, mais cela est facultatif. Notons que les sage-femmes sont, de leur côté, obligatoirement formé.es à la sexologie.

Dès le départ, il faut en quelque sorte choisir de se former sur les pathologies sexuelles. Si bien que l’étudiant.e médecin qui n’a pas d’intérêt pour la sexualité féminine ne se verra pas nécessairement transmettre les informations essentielles à l’orientation des patientes. Ou alors, elle/il se les verra transmettre brièvement, puis les oubliera. Il est donc tout à fait possible de commencer à exercer en tant que médecin, généraliste ou gynécologue, sans être averti de l’existence de ces troubles.

«Cela n’est pourtant pas un sujet inconnu !» insiste Danielle Gaudry «les vulvodynies par exemple sont étudiées depuis de nombreuses années et font l’objet de beaucoup de publications médicales.» Il est à la portée de n’importe quel.le professionnel.le de se tenir informé.e de l’existence et du traitement de ces troubles – d’autant plus que ces troubles sont très fréquents, notamment chez les femmes ménopausées explique la gynécologue.

«Nous avons tous connu les campagnes télévisées sur les troubles de l’érection»

«Nous ne sommes pas obligé.es de tout savoir ou de tout prendre en charge. Mais, il faut savoir orienter ! » déclare Danielle Gaudry. Or, il est fréquent que les médecins n’orientent pas, répondant plutôt à leurs patientes que les douleurs sont dans leur tête, qu’elles ne sont pas graves, qu’il ne faut pas les exagérer ou encore qu’il faut vivre avec, dénoncent en chœur Aurélie Botte, Déborah Belhassen et Danielle Gaudry.

D’après Aurélie Botte, cette attitude adoptée par certain.es docteur.es est à relier avec le manque de considération de notre société pour la sexualité des femmes : «Pendant des siècles on a parlé du devoir conjugal, le désir était pour l’homme.» Ce désintérêt, se manifeste également au niveau étatique : «Nous n’avons aucune subvention publique. Il n’y a aucune campagne du ministère de la Santé sur les troubles sexuels des femmes, alors que nous avons tous connu les campagnes télévisées sur les troubles de l’érection, financées par le ministère et diffusée à des heures de grande écoute. »

Pour Danielle Gaudry, il s’agit plutôt d’une sorte de mépris médical vis à vis de la sexualité des femmes qui « est considérée comme mineure. Pour caricaturer, il y a des médecins qui préfèrent effectuer des actes techniques plutôt que d’écouter leurs patientes.» Certain.es ne souhaitent pas s’occuper des patientes atteintes de troubles sexuels, qui nécessitent une longue prise en charge et une thérapeutique personnalisée (le chemin de la guérison varie d’une femme à l’autre, il n’y a pas de traitement uniformisé). Il est fréquent que ces mêmes médecins estiment en outre que les troubles sexuels ne sont pas de « vraies maladies », ne réorientant ainsi pas la patiente.

Ces comportements sont désastreux pour les femmes qui continuent de souffrir dans leur vie sexuelle, dans leur intimité et – parfois – dans leur désir d’enfant. Les troubles sexuels empêchent souvent totalement la pénétration et donc la reproduction, à tel point que la Procréation Médicalement Assistée (PMA) peut être envisagée par les couples hétérosexuels concernés. Or, l’éligibilité à la PMA dépend pour beaucoup du bon vouloir du médecin qui choisit de constater ou non l’infertilité du couple.

Heureusement, les troubles sexuels féminins sont de plus en plus étudiés, note Aurélie Botte – qui constate une réelle évolution des mentalités depuis la création de son association. « Plus on parlera de ces maux, plus les femmes pourrons être diagnostiquées » conclue-t-elle.

Bénédicte Gilles 50-50 Magazine

Pour retrouver la première partie de cet article, cliquez ici.

Imprimer cet article