Articles récents Les princesses et la lune : conte de fées en Avignon

Cinq jeunes musiciennes ont créé l’année dernière un conte musical pour rendre l’opéra accessible aux enfants. Et, comme par magie, elles se retrouvent tout le mois de juillet sur les planches du Off où le public apprécie leur très jolie prestation.

Certes, le titre de la pièce n’attire pas d’emblée… Les histoires de princesses dont on rebat les oreilles des petites filles commencent à nous énerver. Celles-ci portent (évidemment !) de longues robes de bal et racontent la vie d’une princesse amoureuse qui, avec sa sœur, veut concocter un philtre pour rendre son vilain prince amoureux et doux comme un agneau. Mais on pardonne leur côté un peu stéréotypé quand les princesses ratent leur philtre et transforment le prince en plante verte. Ensuite, il leur faudra encore faire intervenir la lune, aller cueillir un lotus bleu et recourir à une marraine-fée.

L’histoire n’est qu’un prétexte pour offrir au public, de 7 à 107 ans, un beau programme musical : Bellini, Haendel, Debussy, Purcell, Dvorak, Delibes, Mozart, Humperdinck, Ravel, Honegger, Rossini, Chabrier, Massenet, Offenbach… Le tout est servi par des voix superbes et déjà très maîtrisées malgré le jeune âge des quatre chanteuses lyriques. Il faut dire qu’elles ont, déjà, accompli un parcours musical très complet. Ça y est ! Grands et petits sont embarqués par les voix des princesses, à la suite de Cassandre, soprano qui se révèle aussi une vraie comédienne.

L’opéra et les enfants

Ce qui tient du conte de fées, c’est la façon dont les cinq artistes ont monté leur spectacle. Il y a à peine un an, l’une d’elles, Marielle Boutelier, doit orchestrer pour la mairie du Perreux un projet de sensibilisation des écolier.es à l’art du chant classique. Elle s’entoure de musiciennes rencontrées peu avant lors d’un stage,  les chanteuses Margaux Loire, Sarah Nardon, Ornella Bourelly et la pianiste Sarah Audry. Et elles créent ensemble ce bel outil pédagogique, destiné à faire connaître et aimer l’opéra aux enfants grâce à un conte accessible à tou.tes.  Les spectatrices/spectateurs peuvent même retrouver les paroles des extraits d’opéra, résumées et traduites en français, au fil des pages d’un livre géant projeté en fond de scène.

Quelques jours avant la clôture des inscriptions au festival Off d’Avignon, on leur suggère d’y présenter leur conte musical. Elles réussissent à monter en quelques jours leur dossier, y compris le recueil des fonds, ce qui prend d’habitude des mois de travail acharné. Et partent donc en Avignon pour plus de trois semaines de spectacles quotidiens. C’est grâce aux mini-prestations qu’elles donnent dans la rue, comme il est de tradition pour le Off, que les chanteuses attirent au Théâtre le Forum un public nombreux, qui repart conquis en chantant « Belle nuit, ô nuit d’amour », extrait des Contes d’Hoffmann d’Offenbach. Magique, non ?

Sylvie Debras 50-50 Magazine

Les princesses et la lune

Imprimer cet article