Articles récents \ Île de France \ Économie Île de France Mama Ndiaye: «la sous-traitance, c’est de la maltraitance»

Depuis le 17 juillet 2019, les femmes de chambre de l’hôtel Ibis des Batignolles, sous-traitées à la société STN, sont en grève pour réclamer la fin de la sous-traitance et leur embauche directe par le groupe ACCOR, propriétaire de l’hôtel. Elles se battent pour des conditions de travail décentes, contre la précarité et l’esclavage moderne, et dénoncent la politique menée par la direction de l’hôtel envers ses employées. Le 12 septembre dernier, les grévistes se sont rassemblées devant le cabinet de Marlène Schiappa pour appeler la secrétaire d’État à l’égalité femmes/hommes à agir en leur faveur. Rencontre avec l’une des grévistes, Mama Ndiaye, femme de chambre à l’hôtel Ibis, depuis 10 ans.

Pourquoi faites-vous grève ?

Nous faisons grève pour revendiquer la baisse des cadences, le paiement des heures supplémentaires, la fin de la sous-traitance et le respect des congés maladie !

Pour la cadence, nos responsables nous demandent de faire trois chambres et demi de l’heure. Nous voulons en faire deux et demi de l’heure. Pour bien faire une chambre, il nous faut en moyenne 45 minutes. Pour les suites c’est plus long, il faut compter 1h, voire 1h30.

Il y a des filles qui sont inaptes, qui ont des maladies professionnelles, elles ne peuvent pas faire autant de chambres que les autres. Les responsables préfèrent les muter plutôt que de les laisser avoir un congé maladie !

Avez-vous recontré Marlène Schiappa ?

Elle est venue à notre rencontre ce matin. Elle a parlé avec les syndicalistes de la CGT HPE. Maintenant, nous attendons. Nous sommes venu.es devant son cabinet aujourd’hui pour montrer que nous sommes là, qu’il ne faut pas nous oublier.

Quel est le problème avec la sous-traitance ?

Nous ne voulons plus qu’Ibis prenne de sous-traitants. La sous-traitance c’est de la maltraitance. Nous faisons trop de chambres et nous sommes mal payées. Nous voulons communiquer directement avec le groupe ACCOR. Nous sommes en cours de négociations.

STN nous oblige à accélérer la cadence et ne paye pas les heures supplémentaires… uniquement le contrat. Même si nous avons une maladie professionnelle déclarée, STN nous demande de faire plus de chambres. Moi, j’ai une tendinite, je ne peux pas faire plus. Quand j’ai essayé de faire plus de chambres, ma main a gonflé ! J’ai dû rester deux jours sans travailler. Et quand je suis revenue, la direction m’a reprochée de ne pas avoir fait plus de chambres, alors que le médecin du travail m’avait conseillé de faire neuf chambres par jour au maximum. Aux Batignolles, huit personnes sur dix sont inaptes. Les huit vont être mutées. Ils veulent me muter à Marne-La-Vallée, alors que c’est loin de chez moi. Donc au lieu de nous payer nos congés maladies, ils nous déplacent.

Vous sentez-vous respectée dans votre travail ?

Non, nous ne sommes pas respectées. Une de nos collègues a été violée par l’ancien directeur de l’hôtel. Elle a porté plainte et elle attend le jugement.

Les employeurs ne nous proposent pas d’eau, alors que nous avons besoin de boire lorsque nous faisons notre travail. Et il y a une de nos responsable qui jette nos bouteilles d’eau lorsqu’elle les voient dans nos chariots ! C’est de la méchanceté. Et ils ne nous donnent que 2€ pour manger ! On mange quoi pour 2€ ? Rien ! Notre travail est dur, ils ne pourraient pas le faire, eux. Maintenant nous réclamons 7,24€.

Aujourd’hui, nous nous sommes associées au collectif des sans papiers. J’ai vu leurs revendications : ils sont exploités. Ils doivent se lever à 4h du matin. Il y en a beaucoup qui n’ont pas fait l’école, ils ne savent pas lire. Donc ils ne peuvent pas relire leur contrat et les employeurs en profitent. Moi, j’ai passé mon diplôme de gouvernante donc je connais mes droits et je refuse de faire des heures supplémentaires. Les sans-papiers, ils ne savent pas tout ça.

Face à nos demandes, STN nous répond qu’ils perdraient de l’argent. Mais c’est faux, ils ne perdent pas d’argent. Ils font ce qu’ils veulent. Depuis le 17 juillet, Ibis ne nous a toujours pas répondu.

Propos recueillis par Bénédicte Gilles 50–50 Magazine

Photo de Une:  Mama Ndiaye tient la banderole à droite

Imprimer cet article